BFM Business

Paquebot Carnival : le modèle des croisiéristes en question

Le paquebot Triumph, de l'opérateur Carnival, a finalement atteint les côtes de l'Alabama ce vendredi.

Le paquebot Triumph, de l'opérateur Carnival, a finalement atteint les côtes de l'Alabama ce vendredi. - -

Aux Etats-Unis, les 4 000 passagers d'une croisière cauchemar ont finalement pu regagner la terre ferme après cinq jours à la dérive. Un événement qui encore entache encore un peu l’image des croisiéristes.

L’affaire a suscité une grande émotion médiatique. Sur le bateau Triumph du croisiériste Carnival, 4 000 personnes sont restées coincées pendant cinq jours sans eau ni électricité. Mais avec des téléphones portables qui leur ont permis d’alerter les médias, qui ont envoyé des hélicoptères, qui ont filmé le bateau pendant des heures en direct à la télévision. Jusqu'à ce que le bateau accoste enfin, ce 15 février, en Alabama.

Pour Carnival, l’opérateur de la croisière, c’est un coup dur en termes d’image. Le numéro un mondial du secteur avait déjà été impliqué dans le drame du Costa Concordia en Italie il y a un an. Un désastre pour ses relations publiques, aussi énorme que ces paquebots pouvant transporter 4 000 à 6 000 passagers. A l’échelle de ce secteur qui a crû à toute vitesse ces dernières années. Sur les 20 millions de passagers de croisières dans le monde aujourd’hui, 14 millions sont américains. Ce chiffre a d’ailleurs doublé en cinq ans.

Au-delà du fait divers spectaculaire, le fonctionnement de ce secteur des croisières est en cause. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à regretter l’absence de régulation globale et coordonnée mondialement sur la sécurité et l’environnement. En l’occurrence, l’incident du paquebot Carnival va faire l’objet d’une enquête aux Bahamas seulement, et non aux Etats-Unis, car c’est dans ces îles que se trouve son port d’attache.

Jean-Bernard Cadier en direct de New York