BFM Business

Mondial: les Brésiliens perdent leur enthousiasme

Les manifestations contre la coupe du monde se multiplient au Brésil.

Les manifestations contre la coupe du monde se multiplient au Brésil. - -

Les tensions sociales dans le pays pourraient troubler les célébrations de la Coupe du Monde. La population, lassée de services publics de mauvaise qualité, se met à revendiquer des hôpitaux et des écoles "aux normes de la Fifa".

Il reste moins d'un mois avant le coup d’envoi de la Coupe du monde de football au Brésil, le 12 juin. Les autorités promettent une fête inoubliable au pays du football roi. Mais le gouvernement redoute que la coupe du monde ne serve de caisse de résonnance à tous les mécontentements.

A quelques mètres du stade de Sao Polo, où sera joué le match d'ouverture le 12 juin, plusieurs milliers de sans-abri ont installé un camp de fortune, un squat prénommé la "coupe du peuple".

3,5 milliards d'euros de dépense

La population, lassée de services publics de mauvaise qualité, se met à revendiquer des hôpitaux et des écoles "aux normes de la Fifa". Cette Coupe du monde aurait pu être l'occasion d'améliorer les infrastructures brésiliennes défaillantes, mais la plupart des travaux accusent de graves retards: on ne peut toujours pas se rendre dans les deux aéroports de São Paulo en transports en commun.

Les 3,5 milliards d'euros dépensés pour la coupe du monde écœurent plus d'un Brésilien. Et le foot a beau être une passion nationale, la coupe du monde n'y est plus populaire : 48% seulement des Brésiliens y sont aujourd'hui favorables, contre 79% en 2008, selon l'institut de sondage Datafolha.

Les autorités ont en tout cas toutes les raisons de craindre des débordements : l'an dernier, des casseurs avaient infiltré des manifestations en marge de la coupe des confédérations.

Delphine Liou