BFM Business

Marc Laufer: "Sud Radio sera à l'équilibre dans deux ans"

Marc Laufer a présenté ce lundi 17 décembre son projet aux salariés

Marc Laufer a présenté ce lundi 17 décembre son projet aux salariés - -

En novembre, Sud Radio avait annoncé son intention de vendre la station à Marc Laufer. Cet ancien de NRJ et NextRadioTV détaille aujourd'hui son projet.

> BFM Business: Quel est votre projet éditorial?

Marc Laufer: Je veux faire une grande radio généraliste de talk, centrée sur l’information, et ciblant les auditeurs actifs. Sud Radio essaiera de rendre service à ses auditeurs, en les informant sur des solutions, des initiatives positives, qu’elles viennent d’entreprises, de collectivités locales ou d’associations. Surtout, Sud Radio se distinguera par un ton enthousiaste et positif. Ce ne sera ni la radio du CAC 40 ni celle de la Bourse. Enfin, je compte multiplier les décrochages locaux à Marseille, Biarritz, Paris, Bordeaux…

> Le propriétaire précédent voulait concurrencer RMC. Est-ce aussi votre objectif?

Bien sûr que non. Nous ne consacrerons pas d’émissions au sport, et notre ton sera résolument positif.

> Comment expliquez-vous les mauvais résultats d’audience actuels?

La grille a changé neuf fois depuis 2005, cela a logiquement désorienté l’auditeur.

> Quels sont vos projets en termes d’emploi?

Je souhaite conserver les 20 salariés actuels. Je réexaminerai au cas par cas les contrats de producteurs. Surtout, je compte recruter une quinzaine de personnes la première année, dont une moitié de journalistes, mais aussi des commerciaux et des spécialistes du web. Le siège restera à Toulouse

> Quels sont vos objectifs?

Je vise l’équilibre d’exploitation au bout de deux ans. Et 600 à 800 000 auditeurs par jour à terme [contre 323.000 lors de la saison passée], soit 1,2 à 1,6% d’audience cumulée.

> Quel est le montant du rachat?

Il n’est pas communiqué. Je peux juste dire que je reprends les dettes de 2,5 millions d’euros, dont le remboursement a été étalé sur huit ans via la procédure de sauvegarde.

> Comment financez-vous ce rachat?

Le rachat de Sud Radio est entièrement financé en fonds propres et sans emprunts. Je vais lever des fonds auprès de Altice IV (fonds de Patrick Drahi), Didier Le Menestrel et Christian Gueugnier [NDLR : par ailleurs dirigeants de la Financière de l’Echiquier]. Après la levée de fonds, je conserverai 70% du capital, Altice 20%, Didier Le Menestrel et Christian Gueugnier 10%.

> Quelle est votre situation financière?

Je dispose de 1,8 million d’euros de trésorerie. Je détiens un groupe de presse, qui publié des magazines spécialisés sur la banque (Point Banque), l’électronique (Electroniques)… Ce groupe est rentable: il réalise 600 000 euros de bénéfice d’exploitation sur un chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros.

> Que pensez-vous de l’expression d’intérêt de La Dépêche du Midi?

Pas grand-chose. Aucune offre n’a été déposée à cette heure. Mon offre est donc la seule en lice, et surtout je dispose d’une période de négociations exclusives de plusieurs mois.

Jamal Henni