BFM Business

LVMH dément formellement toute scission

Louis Vuitton d'une part, regrouperait le luxe et Moët Hennessy d'autre part, les spiritueux

Louis Vuitton d'une part, regrouperait le luxe et Moët Hennessy d'autre part, les spiritueux - -

Le groupe de luxe réfute les allégations publiées par le quotidien britannique The Independant, concernant l'éventualité de couper en deux LVMH. Chicuong Dang, analyste, expliquait justement à BFM Business qu’il doutait de la véracité de cette information.

LVMH, coupé en deux? Une rumeur, démentie formellement par le groupe dirigé par Bernard Arnault après la publication d'un article dans le quotidien britannique The Independent ce lundi 26 novembre. "Désormais, de nombreuses sources à Londres et à Paris pensent qu'une opération devient plus probable, après les récents et complexes changements dans le réseau de sociétés holding de monsieur Arnault", écrivait le quotidien.

L’idée serait de mettre d’une part le luxe avec Louis Vuitton (LV) et d’autre part les spiritueux avec Moët Hennessy (MH). Or, il ne s'agirait que de spéculations sans fondement. Chicuong Dang, analyste gérant chez KBL Richelieu, invité de l'émission Intégrale Bourse de BFM Business, rappelle en outre que "The Independent n’a pas la crédibilité du Financial Times".

Pas le bon moment

Ce dernier rappelle que ces rumeurs "sont récurrentes sur le marché". Surtout l’analyste doute que le moment soit bien choisi, tant pour Diageo que pour LVMH. La première entreprise a déjà "entrepris plusieurs opérations de croissance externe" et "aurait besoin d’une augmentation de capital", pour financer cette acquisition.

Pour sa part, LVMH "n’est pas dans une phase d’acquisition agressive, et les cibles manquent dans le luxe". Difficile de savoir donc, ce que LVMH pourrait faire du produit de la vente de Moët Hennessy, qui rapporterait entre 15 et 20 milliards d’euros, selon Chicuong Dand.

Julien Marion