BFM Business

Londres pourrait bloquer le rachat de Sky par Fox

Londres va enquêter sur le rachat de Sky par Fox

Londres va enquêter sur le rachat de Sky par Fox - BEN STANSALL / AFP

Le gouvernement britannique vient d'ouvrir une enquête sur le projet de rachat de Sky par le groupe américain de la famille Murdoch. Les autorités craignent que cette prise de contrôle ne porte préjudice à la pluralité des médias.

La prise de contrôle de Sky par Fox pourrait être compromise. Le gouvernement britannique a annoncé ce jeudi l'ouverture d'une enquête sur le projet de rachat du groupe de télévision britannique Sky par le géant américain Fox de la famille Murdoch, craignant qu'il ne nuise à la pluralité des médias. La secrétaire d'État britannique aux Médias, Karen Bradley, a expliqué devant le Parlement avoir saisi le régulateur des télécoms, l'Ofcom, ainsi que l'autorité de la concurrence, le CMA (Competition and Markets Authority).

Karen Bradley estime que ce rachat pourrait poser problème en particulier sur le plan de la pluralité des médias, ajoutant qu'elle n'avait pas été convaincue jusqu'à présent par les arguments avancés par les parties prenantes dans la défense de leur projet. Les deux organismes de régulations ont jusqu'au 16 mai pour rendre leur rapport sur la fusion au gouvernement.

La 21st Century Fox de la famille Murdoch a mis près de 15 milliards de dollars sur la table pour acheter l'intégralité de Sky, dont elle possède déjà 39% des parts, afin de créer "un leader mondial dans la création et la distribution de contenus" en mettant notamment l'accent sur le sport.

Nouvel échec après la tentative de 2012 ?

Ce n'est pas la première fois que la famille Murdoch tente de prendre le contrôle total de Sky. En 2012, une tentative d'emprise sur le groupe britannique, qui s'appelait alors BSkyB, avait pâti du contexte sulfureux lié aux écoutes téléphoniques du News of the World, tabloïd britannique de la galaxie Murdoch qui avait ensuite été fermé.

Dans un communiqué, le groupe 21st Century Fox a expliqué qu'il "a hâte de travailler avec les autorités britanniques" et estime avoir démontré depuis 30 ans avoir observé des pratiques respectables concernant l'audiovisuel. "Nous démontrerons que la transaction ne se traduira pas par une pluralité insuffisante au Royaume-Uni", écrit Fox. De son côté, Sky s'est contenté d'indiquer qu'il prenait note de la décision du gouvernement britannique.

P.L avec AFP