BFM Business

Les radios généralistes à la peine

RTL garde son leadership, mais sa rivale NRJ n'est plus qu'à un cheveu

RTL garde son leadership, mais sa rivale NRJ n'est plus qu'à un cheveu - -

Europe 1, France Inter et France Info affichent des audiences en recul. RTL reste la première radio de France, mais NRJ se rapproche dangereusement.

Mediametrie a publié mardi 16 avril les résultats d'audience des radios entre janvier et mars 2013. Ces chiffres montrent un tassement des radios généralistes, avec une audience cumulée de 38,1% (-0,2 point en un an). Cela s'explique sans doute par la campagne présidentielle, qui avait porté les audiences l'hiver précédent.

France Inter affiche ainsi un recul d'un point, à 10% d'audience cumulée. La radio publique explique cette "relative contre-performance par une grève qui a paralysé l’antenne pendant 6 jours consécutifs".

Mais sa petite soeur France Info, épargnée par les grèves, voit elle aussi son audience cumulée reculer de 1,1 point (à 7,9%).

RMC talonne Europe 1

Recul aussi d'un demi-point pour Europe 1, à 8,5%. La radio du groupe Lagardère avance deux explications: "une forte chute du média radio, et un nombre important de jours de vacances qui affectent fortement les radios d'actifs comme Europe 1". Elle assure que "ces résultats ne reflètent pas le potentiel de la station", et promet de "renforcer et faire évoluer certains rendez-vous de la grille".

Deux exceptions à cette tendance. D'abord, la radio publique France Bleu, qui gagne 0,8 point, pour atteindre 8% d'audience cumulée, un record depuis sa naissance.

Et surtout, RMC (qui appartient au même groupe que ce site), qui gagne 0,8 point en un an, pour atteindre 7,8%, soit "la plus forte progression". En un an, l'écart avec la rivale Europe 1 passe de 2 à 0,7 point. D'ores et déjà, la radio de NextRadioTV souligne qu'elle "double aujourd’hui Europe 1 en Ile-de-France sur la part d’audience".

NRJ tutoie RTL

De son côté, RTL progresse légèrement (+0,2 point), ce qui lui permet de garder son leadership devant NRJ. Mais la radio musicale progresse plus fortement (+0,7 point). Résultat: l'écart entre les deux se resserre dangereusement (il passe de 0,7 à 0,1 point), et la radio de Jean-Paul Baudecroux n'est donc plus qu'à un cheveu de la filiale de Bertelsmann.

Toutefois, le tassement des radios généralistes ne profite guère aux musicales, dont l'audience continue de reculer. Fun Radio affiche la plus forte chute (-0,7 point). Pour son patron Jérôme Fouqueray, les radios musicales "réalisent l'une de leurs pires vagues historiques". Mais Radio Nova franchit -à la hausse- la barre du 1% d'audience cumulée.

Jamal Henni