BFM Business

Les patrons des médias rechignent à passer la main

Maurice Levy prévoit de rester à la tête de Publicis au moins jusqu'à 75 ans

Maurice Levy prévoit de rester à la tête de Publicis au moins jusqu'à 75 ans - Pierre Verdy AFP

Les principaux médias privés sont dirigés par des sexagénaires ou des septugénaires, qui n'ont aucune envie de prendre leur retraite. A Publicis, TF1, M6, NRJ, Pathé ou Gaumont, ils ont fait modifier les statuts afin de repousser l'âge limite des dirigeants.

Coup sur coup, les états-majors de M6 et Publicis ont vécu la même péripétie. Coup sur coup, le dauphin potentiel du grand patron a claqué la porte, perdant patience face à une succession encore et toujours repoussée.

Le 12 septembre, M6 a confirmé la démission de Robin Leproux, bras droit et dauphin potentiel de Nicolas de Tavernost (64 ans). En mai, le mandat de ce dernier avait été renouvelé jusqu'en mars 2018, ce qui, selon le Figaro, aurait mécontenté Robin Leproux.

Puis le 16 septembre, Publicis a confirmé le départ de Jean-Yves Naouri, bras droit et dauphin présumé de Maurice Levy. Simultanément, l'agence de publicité a annoncé que le mandat de Maurice Levy (72 ans), qui se terminait fin 2015, était prolongé jusqu'au printemps 2017.

Refus de lâcher les rennes

Il ne s'agit pas de cas isolés. Beaucoup de groupes de médias ont des dirigeants qui approchent de l'âge de la retraite, comme Bertrand Meheut à Canal Plus (63 ans le 22 septembre), Nonce Paolini à TF1 (65 ans), ou encore Jean-Paul Baudecroux à NRJ (68 ans). 

Toutefois, ce sont des jouvenceaux à côté des patrons du cinéma français: Alain Sussfeld (UGC, 68 ans en novembre), Guy Verrechia (UGC, 73 ans), Marin Karmitz (MK2, 76 ans en octobre), Nicolas Seydoux (Gaumont, 75 ans), et son frère Jérôme (Pathé, qui fête ses 80 ans le 21 septembre).

Repousser l'âge limite

En théorie, on devrait donc bientôt assister à un renouvellement du management des principaux groupes de médias français. Sauf qu'en pratique, il va falloir patienter, car ces dirigeants rechignent à prendre leur retraite... Jean-Paul Baudecroux en 2010, Maurice Levy et Nicolas de Tavernost en 2011, Nonce Paolini en 2013 ont chacun fait repousser l'âge limite prévu par les statuts de leur société afin de pouvoir jouer les prolongations. Quant aux frères Seydoux, ils ont carrément supprimé toute limite d'âge: chez Pathé, il n'y en a aucune, tandis que chez Gaumont, il y en a une (80 ans) mais qui peut être dépassée "à titre exceptionnel"....

Seuls deux vétérans ont accepté de prendre leur retraite récemment. Jacques Séguéla (80 ans), a enfin abandonné son poste de vice-président d'Havas. Et Jean-René Fourtou (75 ans) a enfin lâché les rennes de Vivendi, poussé vers la sortie par son principal actionnaire Vincent Bolloré.

Jouer les prolongations

Cette volonté de rester aux commandes s'explique aisément. Maurice Levy, Nicolas de Tavernost, Nonce Paolini ou Bertrand Meheut restent en très grande forme, physiquement comme intellectuellement -il suffit de les écouter cinq minutes pour en être convaincu. Dans certains cas, il y a aussi un intérêt fiscal, car on échappe à l'impôt sur la fortune quand on est à la fois dirigeant et actionnaire important...

S'accrocher ainsi à son poste présente aussi un intérêt pour l'entreprise, car cela apporte stabilité et continuité dans la stratégie. Au contraire de l'audiovisuel public, dont les dirigeants changent tous les cinq ans. Mais le secteur public a aussi ses vertus: la limite d'âge (65 ans) y est intangible, ce qui amène des patrons plus jeunes, comme Marie-Christine Saragosse à l'audiovisuel extérieur (54 ans), et surtout Mathieu Gallet à Radio France (37 ans).

Les dauphins claquent la porte

Mais jouer les prolongations présente aussi des inconvénients. "Ce n'est pas à 65 ans qu'on comprend le numérique, ou qu'on a une stratégie audacieuse", persifle un salarié de TF1.

Surtout, cela complique la succession. Comme on l'a vu, les dauphins potentiels perdent parfois patience et claquent la porte. A Publicis, Maurice Levy a épuisé, outre Jean-Yves Naouri, un nombre incalculable de successeur potentiels. Et il vient de recruter Axel Duroux, qui fut le très éphémère dauphin de Nonce Paolini à TF1, où il a tenu 5 semaines... 

A Canal Plus, la presse annonce régulièrement que le dauphin Rodolphe Belmer perd patience et va s'en aller. Mais jusqu'à présent, cela a toujours été démenti par les faits. Le Monde assurait même récemment que Vincent Bolloré faisait tout pour le conforter.

Reste que les rapports entre Rodolphe Belmer et son patron Bertrand Meheut semblent se tendre -même si, officiellement, la chaîne dément toute mésentente. Et que la succession ne semble toujours pas pour demain. En effet, Vincent Bolloré, qui entretient de bons rapports avec Bertrand Meheut, l'aurait conforté à son poste pour encore quelques années. Rappelons que la succession à la tête de la chaîne cryptée avait été déjà prévue pour 2013, mais a finalement été repoussée, sans qu'on comprenne vraiment pourquoi.

Le syndrome du dauphin impatient

Pour éviter le syndrome du dauphin impatient, une solution est de ne désigner aucun successeur, mais ce n'est pas l'idéal en termes de prévisibilité. C'est finalement la solution adoptée à TF1, où aucun dauphin évident n'émerge dans l'état major, même si le patron de la régie publicitaire Laurent-Eric Le Lay ou le directeur financier Philippe Denery rêvent probablement d'être calife à la place du calife...

Enfin, chez NRJ, Jean-Paul Baudecroux, qui détient 77% du capital de NRJ, s'est enfin décidé à préparer sa succession. En juin, il a cédé 10% du capital à ses trois enfants via une donation partage, indique une déclaration à l'AMF. Simultanément, il a conclu des pactes Dutreil avec sa compagne Viveke Rostorp et son bras droit Maryam Salehi, ce qui pourrait signifier qu'il compte leur transmettre des actions NRJ.

L'âge du capitaine

Bertrand Meheut (président du directoire du groupe Canal Plus) Age: 63 ans (né le 22 septembre 1951) Fin du mandat actuel: printemps 2016 Limite d'âge prévue par les statuts: assemblée générale suivant les 65 ans, prolongeable à titre exceptionnel jusqu'à l'assemblée générale suivant les 67 ans

Nicolas de Tavernost (président du directoire de M6)
Age: 64 ans (né le 22 août 1950)
Fin du mandat actuel: mars 2018 (renouvelable par période de 3 ans)
Limite d'âge prévue par les statuts: 70 ans (soit août 2020)

Nonce Paolini (PDG de TF1)
Age: 65 ans (né le 1er avril 1949)
Fin du mandat actuel: printemps 2015 pour son mandat d'administrateur (renouvelable par période de 2 ans)
Limite d'âge prévue par les statuts: 67 ans (soit avril 2017)

Jean-Paul Baudecroux (PDG de NRJ Group)
Age: 68 ans (né le 11 mars 1946)
Fin du mandat actuel: printemps 2016 pour son mandat d'administrateur (renouvelable)
Limite d'âge prévue par les statuts: 80 ans (soit mars 2026)

Maurice Levy (président du directoire de Publicis)
Age: 72 ans (né le 18 février 1942)
Fin du mandat actuel: assemblée générale du printemps 2017
Limite d'âge prévue par les statuts: assemblée générale suivant les 75 ans (soit printemps 2017)

Guy Verrecchia (PDG d'UGC)
Age: 73 ans (né le 27 avril 1941)
Fin du mandat actuel: printemps 2015 pour son mandat d'administrateur (renouvelable)
Limite d'âge prévue par les statuts: 75 ans (soit avril 2016)

Nicolas Seydoux (président du conseil d'administration de Gaumont)
Age: 75 ans (né le 16 juillet 1939)
Fin du mandat actuel: printemps 2017 pour son mandat d'administrateur (renouvelable)
Limite d'âge prévue par les statuts: 80 ans, puis renouvelable par période d'un an

Jérôme Seydoux (président de Pathé et de Pathé Production)
Age: 80 ans (né le 21 septembre 1934)
Fin du mandat actuel: printemps 2020 pour son mandat d'administrateur
Limite d'âge prévue par les statuts: aucune

Source: comptes des sociétés

Jamal Henni