BFM Business

Les parts de Pierre Bergé dans Le Monde reprises par Xavier Niel et Matthieu Pigasse

Pierre Bergé s'était associé à Mathieu Pigasse et Xavier Niel en 2010 pour reprendre le journal

Pierre Bergé s'était associé à Mathieu Pigasse et Xavier Niel en 2010 pour reprendre le journal - Stéphane Sakutin - AFP

Les deux hommes d'affaires ont annoncé leur décision de racheter les parts du mécène et ex-compagnon d'Yves Saint-Laurent dans le quotidien qu'ils avaient tous les trois repris en 2010.

Le décès de Pierre Bergé ne modifiera pas l'actionnariat du Monde. Les hommes d'affaires Xavier Niel et Matthieu Pigasse, qui avaient racheté en 2010 le groupe Le Monde avec la figure de la mode décédée vendredi, se sont engagés à reprendre les parts que détenait leur associé, ont-ils annoncé dans un communiqué.

"Associés à Pierre Bergé depuis la création de la société Le Monde Libre (LML), Xavier Niel et Matthieu Pigasse se sont engagés, à la demande de Pierre Bergé, à reprendre ensemble et chacun pour moitié les parts qu'il détenait au sein de LML, structure de contrôle du groupe Le Monde", ont précisé les deux partenaires.

"Ensemble, pleinement engagés aux côtés des équipes du groupe Le Monde, ils veilleront à prolonger l'élan initié par Pierre Bergé en 2010, au moment où de graves difficultés économiques et plusieurs années de pertes menaçaient l'existence même des titres du groupe", ont ajouté Xavier Niel et Matthieu Pigasse.

"Pôle d'indépendance"

Outre le trio Bergé-Niel-Pigasse, Le Monde Libre, qui détient 64% du capital du groupe Le Monde, compte comme actionnaire le groupe de presse espagnol Prisa. La holding LML détient également L'Obs.

Le reste du capital du Monde est essentiellement détenu par le "pôle d'indépendance" (qui regroupe les sociétés de journalistes, employés, fondateurs et lecteurs).

Outre le quotidien Le Monde, le groupe détient plusieurs titres dont Télérama, Le Monde Diplomatique, Courrier international, La Vie...

"Xavier Niel et Matthieu Pigasse sont et resteront à parité au sein du capital du groupe Le Monde, avec le même nombre de parts et de droits de vote", et "leur engagement et leur investissement se situent dans la continuité de ceux de Pierre Bergé, avec la double exigence de poursuivre le développement de chacun des titres tout en préservant l'indépendance du groupe et les valeurs qui fondent son identité", concluent les deux co-actionnaires.

J.M. avec AFP