BFM Business

Les nouveaux défis de Canal Plus

La chaîne cryptée fête ses trente ans ce mardi 4 novembre

La chaîne cryptée fête ses trente ans ce mardi 4 novembre - Thomas Coex AFP

Vieillissement des abonnés, concurrence de BeIn Sports et de Netflix... La chaîne cryptée, qui fête ses 30 ans ce mardi 4 novembre, a moult challenges à relever pour ses 30 prochaines années.

Le 4 novembre 1984 naissait une nouvelle chaîne payante dans un scepticisme général. Trente ans plus tard, l'immense succès de Canal Plus est incontestable. Mais la chaîne cryptée a-t-elle mangée son pain blanc? Plusieurs indices montrent qu'elle a atteint un palier, et va devoir se réinventer. Revue des quatre principaux défis qui l'attendent.

1-rajeunir les abonnés

"-Canal+ fête ses 30 ans...
-Ben vous faites plus!" 

Sur son compte Twitter, la chaîne ironise elle-même sur son âge. Mais elle refuse systématiquement de répondre quand on lui demande l'âge de ses abonnés. On la comprend: le spectateur de la chaîne a actuellement près de 49 ans, selon les données Médiamétrie. Surtout, il vieillit rapidement (cf. ci-dessous). C'est hélas logique: les jeunes préfèrent désormais se tourner vers le piratage pour accéder à des films récents. 

Pour endiguer ce phénomène, la chaîne cryptée reste à l'affût de ce qui marche chez les "djeuns". Elle repère notamment sur le web les humoristes les plus populaires, et leur offre ensuite des pastilles dans ses tranches en clair. Plus récemment, elle a racheté le collectif d'humoristes web Studio Bagel.

2-maîtriser les droits sportifs

Durant ses 12 premières années, Canal Plus a vécu sans grand rival pour l'acquisition de droits sportifs. Mais à partir de 1996, TPS, puis Orange et enfin BeIn Sports lui ont mené la vie dure, et fait monter l'addition.

La chaîne qatarie est sans doute le concurrent le plus redoutable. Depuis son arrivée, le montant des droits sportifs acquis a augmenté de 57%, indiquent les comptes de Canal Plus (cf. ci-dessous).

Toutefois, la chaîne cryptée et sa rivale semblent avoir trouvé un modus vivendi. "Je ne suis finalement pas mécontent que BeIn Sports existe. C'est une offre complémentaire de la nôtre. BeIn Sports nous permet de répartir le coût financier de la ligue 1. Cette répartition a permis de sécuriser les droits de la ligue 1 pour un prix raisonnable", a ainsi déclaré Bertrand Meheut, président du directoire de Canal Plus, au Figaro.

3-concurrencer Netflix

Depuis 2008, la chaîne cryptée a vu aussi apparaître une concurrence sur les films et les séries, d'abord avec Orange, puis tout récemment avec Netflix. Elle a pris les devant en lançant dès l'automne 2011 son propre service de vidéo-à-la-demande par abonnement, CanalPlay Infinity, qui compte à fin septembre 520.000 abonnés.

Pour l'avenir, des discussions sont en cours avec Orange afin d'unir leurs forces. Mais Bertrand Meheut a prévenu le 21 octobre lors d'un colloque organisé par NPA que, s'il devait y avoir fédération, ce serait "plutôt" autour de CanalPlay. Pas sûr qu'Orange accepte...

4-s'étendre à l'international

Après vingt ans de croissance ininterrompue, le nombre d'abonnés à la chaîne cryptée a fini par plafonner. "Canal Plus a perdu 840.000 abonnés en France métropolitaine en cinq ans", admettait ainsi Bertrand Meheut il y a deux ans.

Toutefois, après une année 2013 assez mauvaise où beaucoup d'abonnés étaient partis, le nombre d'abonnés en métropole a enfin été stabilisé depuis le début de l'année 2014.

Surtout, ce recul en métropole est plus que compensé par les gains à l'étranger, essentiellement en Afrique. A fin juin, la filiale de Vivendi compte 1,4 million d'abonnés sur le continent noir, soit un bond de +74% en un an! Et pour étendre sa présence, la chaîne, aujourd'hui diffusée par satellite, compte postuler à des fréquences de diffusion terrestre. Seule ombre au tableau: ces abonnés africains ne rapportent que 19 euros par mois, soit moitié moins qu'un abonné en métropole....

Interrogé sur l'âge de ses abonnés, Canal Plus n'a pas répondu.

Jamal Henni