BFM Business

Le Qatar et les Etats-Unis lorgnent la F1

La F1 connaît actuellement une baisse d'audience due à la domination des Mercedes, ici en photo

La F1 connaît actuellement une baisse d'audience due à la domination des Mercedes, ici en photo - Joe Klamar - AFP

Le fonds souverain du Qatar s'est allié à un magnat américain du sport pour tenter de prendre le contrôle de la holding propriétaire de la discipline reine du sport automobile.

La F1 entre les mains du Qatar? C'est en tous cas ce que laisse entendre aujourd'hui le Financial Times. Le quotidien britannique affirme que le pays du Golfe essaie actuellement de s'emparer de tous les droits commerciaux de la Formule 1, l'opération étant menée via son fonds souverain Qatar Sports Investment en association avec un magnat du sport, Stephen Ross, propriétaire du club de foot américain des Miami Dolphins.

Le fonds souverain qatari, déjà propriétaire du PSG, et l'homme d'affaires américain voudraient dans un premier temps racheter 35,5% de la holding Delta Copco, qui détient les droits commerciaux de la Formule 1, la transaction pouvant alors se monter à 8 milliards d'euros.

Conquérir les Etats-Unis

Cette participation de 35,5% est actuellement détenue par la holding britannique CVC Capital, l'un des plus gros fonds d'investissement au monde. L'emblématique patron de la F1, Bernie Ecclestone, pourrait de son côté leur céder ses 5% de parts. Si les actuels propriétaires semblent prêts à lâcher leur précieux bien c'est que depuis quelques années la F1 fait moins recettes. Les audiences globales sont ainsi en baisse.

En parallèle les écuries de milieu ou de fin de classement peinent à boucler leurs budgets sans difficulté. Pas de quoi faire peur aux Qataris qui avec la F1 élargiraient leur portefeuille sportif et l'influence et la réputation qui va avec. Sans oublier la possibilité alors d'accéder à l'un de leurs rêves: avoir leur propre Grand Prix.

En outre, la présence d'un investisseur américain pourrait permettre à la F1 de conquérir davantage un marché qui commence tout juste à se développer. Le nouveau GP des USA, à Austin, attire les foules depuis 2012 et une écurie américaine, Haas, va rejoindre les rangs de la F1 en 2016.

J.M. avec AFP