BFM Business

Le grand stade de Lyon, un modèle de financement novateur

Le grand stade voulu par Jean-Michel Aulas va bien voir le jour.

Le grand stade voulu par Jean-Michel Aulas va bien voir le jour. - -

L'OL a officiellement bouclé le financement de son stade, mardi 30 juillet, par une émission obligataire de 80 millions d'euros. Pierre Moscovici a fait le déplacement pour saluer un projet unique en France.

Au bout de six années d’efforts, Jean-Michel Aulas peut enfin en avoir la certitude : "son" stade verra bien le jour.

Le président de l’Olympique lyonnais a en effet relevé un dernier défi, en bouclant le financement du futur Stade des lumières, dont la première pierre devrait être posée dans les prochains jours.

Dernière étape d’un long parcours, une émission d'obligations pour plus de 80 millions d'euros a ainsi été lancée ce mardi 30 juillet.

Pierre Moscovici a salué "cette première pour un club français"

Pour célébrer l’avènement d’un projet unique en France, puisqu’il est exclusivement financé par des fonds privés, le dirigeant a mis les petits plats dans les grands.

C’est ainsi que Pierre Moscovici a fait le déplacement ce mardi, pour la présentation officielle.

Le ministre de l'Economie, entouré notamment des sénateurs Gérard Collomb et Michel Mercier, a salué cette "première pour un club français", y voyant l'occasion de "faire évoluer le modèle économique d'un club, voire du football français, en s'inspirant de ce qui se fait à l'étranger".

"Il est important de se doter de structures qui peuvent résister à tel ou tel désinvestissement qui peut se produire", en compensant par des revenus fixes les aléas sportifs ou les changements dans l'actionnariat d'un club.

Des "centaines de millions d'euros" de retombées

L'émission obligataire lancée ce mardi vient compléter un montage financier composé de 135 millions d'euros de fonds propres apportés par l’OL, d’un financement obligataire de 112 millions d'euros, et d’un total de dettes bancaires et location financière de 144,5 millions.

Les principaux actionnaires de l'OL, ICMI (la holding de Jean-Michel Aulas) et Pathé (respectivement 34,17% et 29,87% du capital social se sont engagés à souscrire cette émission obligataire, a précisé le groupe sportif dans un communiqué, un peu plus tôt dans la journée.

Jean-Michel Aulas a chiffré les retombées pour le club à "des centaines de millions d'euros sur les vingt prochaines années", soit "70 à 100 millions d'euros de ressources complémentaires annuelles".

La mise en service du stade, quant à elle, est attendue pour la seconde moitié de la saison 2015/16, avant d'accueillir l'Euro 2016.

Yann Duvert