BFM Business

Le football allemand victime du scandale Volkswagen?

Le Bayern (maillot rouge) et Wolfsburg (en vert) pourraient subir les conséquences du scandale des moteurs truqués.

Le Bayern (maillot rouge) et Wolfsburg (en vert) pourraient subir les conséquences du scandale des moteurs truqués. - Christof Stache - AFP

Impliqué financièrement dans de nombreux clubs de Bundesliga, le groupe pourrait mettre un frein à ses investissements. Mais le scandale planétaire au sein duquel il se trouve empêtré devrait également avoir des conséquences indirectes.

Deuxième du dernier championnat allemand et qualifié pour la Ligue des champions, le VFL Wolfsburg s’attendait sûrement à se retrouver au cœur de l’actualité cette saison. Mais pas forcément pour les raisons qui le poussent actuellement sur le devant de la scène.

Car le club de Basse-Saxe fait partie intégrante de l’empire Volkswagen, qui vacille au gré des révélations sur les moteurs truqués de certains véhicules du groupe. Ce dernier, qui possède son siège social et une gigantesque usine au cœur de la ville, est en effet propriétaire à 100% du récent vainqueur de la Coupe d’Allemagne. Et investit une somme estimée à 100 millions d’euros par an, notamment via le naming du stade local - le bien nommé Volkswagen Arena – ou le sponsoring du maillot de l’équipe.

L'équipementier de Wolfsburg lâche le club

Mais alors que Mathias Müller, le nouveau patron de VW, a annoncé un prochain tour de vis avec notamment l’abandon de tous les investissements jugés inutiles, l’inquiétude des fans du club pourrait s’avérer légitime. Certains signes n’incitent d’ailleurs que très peu à l’optimisme, de la passion modérée du nouveau dirigeant pour le football au départ du directeur de la communication du groupe – qui a beaucoup œuvré pour étendre l’influence de Volkswagen dans le football. Selon le quotidien Bild, le montant des investissements du groupe pourrait ainsi être drastiquement réduit pour atteindre 30 millions d’euros.

Un véritable coup dur, d’autant que le club subit également les conséquences indirectes du scandale Volkswagen. Son équipementier Kappa, désireux de ne plus voir son image associée à celle du constructeur, a en effet demandé à mettre fin à son contrat par anticipation. Et si Nike se tient prêt à le remplacer, le montant versé pourrait être bien moindre.

Le Bayern Munich également impacté?

A l’instar de Wolfsburg, d’autres clubs allemands peuvent légitimement s’inquiéter des retombées du scandale, au premier rang desquels figure le Bayern Munich. Le champion d’Allemagne en titre compte en effet parmi ses actionnaires la marque Audi, filiale de Volkswagen, qui possède plus de 8% de son capital.

Même chose du côté d’Ingolstadt, promu en Bundesliga cette saison, et dont Audi est actionnaire à hauteur de 20% environ. Son stade a également fait l’objet d’un naming -pratique bien plus répandue en Allemagne qu’en France- pour porter les couleurs de la marque ("Audi Sportpark").

En outre, 13 autres clubs de première et deuxième division possèdent des partenariats avec des marques du groupe Volkswagen, à l’image de Kaiserslautern, champion d’Allemagne 1998, ou Nuremberg.

C’est donc l’ensemble du football allemand qui pourrait se trouver affecté par le scandale des moteurs truqués. Mais pas seulement : en 2014, le groupe est en effet devenu l’un des sponsors principaux de…l’équipe de France de football, afin notamment de garantir son exposition lors de l’Euro 2016.