BFM Business

Lance Armstrong : des aveux bien calculés

Lance Armstrong pourrait économiser des millions de dollars après ses aveux télévisés.

Lance Armstrong pourrait économiser des millions de dollars après ses aveux télévisés. - -

L'ex-coureur cycliste a admis s'être dopé, jeudi 17 janvier, à la télévision américaine. Ce qui pourrait lui faire économiser des millions de dollars.

Cela n’aura pas échappé à grand monde, Lance Armstrong est passé aux aveux. Dans une émission américaine, l’ex-coureur cycliste, sept fois vainqueur du Tour de France, a enfin admis s’être dopé. Mais quelle nécessité avait-il d’étaler sa tricherie aux yeux du monde entier ? Si la réponse n’appartient qu’à lui, certains éléments laissent à penser que ses finances lui ont en grande partie dicté son choix.

La date à laquelle son interview a été diffusée (le 17 janvier) est tout sauf anodine. Car elle coïncide avec la décision du ministère américain de la Justice, de se joindre, ou non, à une plainte visant à récupérer l’argent versé par l’entreprise publique US Postal à Armstrong lors de sa carrière (il appartenait à l’équipe du même nom). La plainte, elle, avait été déposée par Floyd Landis, ex-coéquipier d’Armstrong et également convaincu de dopage, en 2010.

L'Union cycliste internationale en ligne de mire

Selon le Wall Street Journal, le montant total s’élèverait à plus de 30 millions de dollars. Une somme qui pourrait bien être triplée (jusqu’à 100 millions de dollars selon le Washington post) si la justice condamnait Armstrong. Celui-ci aurait donc entamé des discussions avec le ministère pour fortement réduire l’amende, qui s’élèverait finalement à quelques millions.

En échange, il pourrait devoir témoigner contre certaines personnes, dont certaines s’avèreraient être très haut placées. L’Union cycliste internationale, dont des membres auraient été informés des pratiques du coureur cycliste et les auraient même facilitées, pourrait se retrouver en première ligne.

Le côté humain de la rédemption de Lance Armstrong est donc à relativiser. Le Texan a déjà perdu nombre de ses sources de revenus, dont son principal sponsor Nike, et est visé par plusieurs plaintes : une société d’assurance texane, la Fédération française de cyclisme, ou encore le Sunday times. Une chose est sûre, le feuilleton Armstrong n’a pas connu son épilogue ce jeudi 17 janvier.

Yann Duvert