BFM Business

Lagardère remanie la direction d'Europe 1

Arnaud Lagardère prend lui-même le poste de président d'Europe 1, à la place de Denis Olivennes

Arnaud Lagardère prend lui-même le poste de président d'Europe 1, à la place de Denis Olivennes - ERIC PIERMONT / AFP

Arnaud Lagardère reprend en main sa radio, confrontée à ses plus mauvais résultats d'audience depuis au moins 12 ans.

Jeudi 20 avril à 8h, Médiamétrie a publié les audiences des radios entre janvier et mars. Europe 1 affiche un nouveau recul, à la fois en part d'audience (6,2%, soit -0,7 point en un an) et en audience cumulée (7,7% soit -0,6 point en un an), soit son plus bas niveau depuis au moins 12 ans. Pour le second sondage consécutif, la station du groupe Lagardère est au sixième rang, derrière RTL, NRJ, France Inter, France Info et RMC (qui appartient au même groupe que ce site web).

"Pas une sanction"

À 9h30, Arnaud Lagardère a annoncé un remaniement de l'état major de la station, qui rebat les cartes par rapport au précédent remaniement effectué il y a à peine quatre mois par Denis Olivennes.

D'abord, Arnaud Lagardère prend lui-même le poste de président d'Europe 1, à la place de Denis Olivennes. Ce dernier reste toutefois patron de la branche audiovisuelle du groupe Lagardère. "L’idée n’est pas de trouver un coupable. Ce n’est pas une sanction. Denis Olivennes aura encore beaucoup à y faire car c’est une somme de métiers assez différents, pas toujours en synergie. Je veux qu’il se concentre sur des moteurs de croissance comme la production audiovisuelle, le numérique, la santé, les chaînes thématiques", a expliqué Arnaud Lagardère au Monde.

Le directeur général de la station, Richard Lenormand, nommé il y a quatre mois par Denis Olivennes, est aussi remercié. Son successeur n'a pas été annoncé, mais ce sera "probablement un professionnel de la radio", indique Arnaud Lagardère.

Quant à Jean-Pierre Elkabbach, Arnaud Lagardère souligne qu'il "reste conseiller pour les médias du groupe Lagardère. Il sera sûrement appelé à jouer un rôle à mes côtés, pas forcément que sur Europe 1. Il sera associé au processus de recrutement d’un nouveau dirigeant si je vois qu’il peut y être utile". Rappelons que Jean-Pierre Elkabbach avait été écarté de l'antenne fin 2016 par Denis Olivennes.

Résultats dans le rouge

Au passage, Arnaud Lagardère indique que la radio est "légèrement" déficitaire en 2016, et le sera "peut-être" en 2017. Selon le Monde, ces pertes s'élèvent à 7 millions d'euros. Jusqu'en 2015, Lagardère affirmait que la radio était bénéficiaire.

Arnaud Lagardère explique les problèmes d'audience notamment par le départ de Laurent Ruquier mi-2014, et son remplacement raté par Cyril Hanouna. "L’épisode qu’a vécu Cyril Hanouna n’était pas franchement de sa faute. Le choix de le mettre à ce moment-là était une erreur, que j’assume car j’ai validé le choix de Denis Olivennes de tenter quelque chose d’un peu décalé face à Laurent Ruquier. Cela nous a coûté beaucoup en audience".

Arnaud Lagardère souligne qu'il prend la présidence de la radio à titre transitoire, "jusqu’au moment où Europe 1 sera redressée dans son audience et ses comptes". Quant à l'objectif d'audience, "nous visons le niveau" de RTL.

L'audience cumulée d'Europe 1 (de septembre à juin, en %)

2006-07: 9

2007-08: 9
2008-09: 9,4
2009-10: 9,6
2010-11: 9,1
2011-12: 9
2012-13: 8,8
2013-14: 9,1
2014-15: 9
2015-16: 8,4
2016-17 (septembre-mars): 7,9

Source: Médiamétrie