BFM Business

La Warner ne s'enrichira plus avec "Happy Birthday To You"

L'histoire de "Happy Birthday To You" a débuté avec "Good Morning to All".

L'histoire de "Happy Birthday To You" a débuté avec "Good Morning to All". - Janmennes - Flickr - CC

Après des mois de procédure, un accord a été trouvé entre un groupe d'artistes et la compagnie Warner/Chappell Music. La célèbre chanson va tomber dans le domaine public.

C'est la fin d'une longue bataille judiciaire. La célèbre chanson "Happy Birthday To You" va tomber dans le domaine public après un accord conclu dans le cadre d'une procédure judiciaire visant la compagnie Warner/Chappell Music.

La procédure avait été engagée en 2013 dans le cadre d'un recours collectif ("class action") d'un groupe d'artistes et de réalisateurs réclamant le remboursement de plusieurs millions de dollars de royalties versés au fil des ans pour l'utilisation de la chanson. Le juge George King du comté de Los Angeles avait estimé en septembre que Warner/Chappell, la branche éditrice de musique du groupe Warner Music, ne possédait pas les droits des paroles de Happy Birthday. 

A l'origine, une petite comptine 

Les termes de l'accord conclu par le groupe ne figurent pas dans les documents judiciaires publiés mercredi mais, selon une source proche du dossier, cela signifie que désormais la chanson appartient au domaine public et que sa reproduction et son utilisation sont libres de droits. "Bien que nous soyons, avec le respect nécessaire, en désaccord avec la décision du tribunal, nous avons le plaisir d'être parvenus à une solution dans cette affaire", précise un communiqué de Warner/Chappell.

L'histoire de cette chanson débute en 1893 par la publication d'une comptine intitulée "Good Morning to All" écrite par Mildred Hill et sa soeur Patty, deux femmes originaires du Kentucky. La mélodie fut ensuite reprise et chantée, cette fois, avec les paroles accompagnant la célébration d'un anniversaire. Warner faisait valoir que les droits des paroles étaient détenus par l'éditeur des soeurs Hill racheté par le groupe. Le juge King avait estimé que l'éditeur de "Good Morning to All" ne disposait pas des droits sur les paroles de la chanson et que, par conséquent, Warner n'en était pas non plus propriétaire. Les droits de "Happy Birthday" rapportaient près de 2 millions de dollars par an à Warner.

D. L. avec AFP