BFM Business

La production de films français reste à un niveau record

Le CNC a présenté les premiers chiffres pour 2012 lors des Assises du cinéma

Le CNC a présenté les premiers chiffres pour 2012 lors des Assises du cinéma - -

279 films ont été produits en 2012, record historique. Mais cela est dû à une forte natalité des films d'auteur à petit budget.

Le cinéma français se porte bien, à en croire le premier bilan pour l'année 2012 dressé par le Centre national du cinéma (CNC) disponible ici. Le nombre de films produits atteint un record historique: 279 films ont été produits l'an dernier. Mais, selon le président du CNC Eric Garandeau, "il est faux de dire qu'on produit trop de films". Pour lui, il y a une "corrélation" entre le nombre de films produits et la part de marché en salles des films français.
Rappelons toutefois qu'on produisait une centaine de films par an dans les années 50, et environ 150 dans les années 1970-80. Et qu'à cette époque, la part de marché du cinéma français était plus élevée qu'aujourd'hui -elle a toujours été supérieure à 43% jusqu'en 1987.

Plus de petits budgets

Le montant investi dans la production française reste élevé (1,3 milliard d'euros) et proche du record historique de 2008. Toutefois, il est en léger recul par rapport à l'année précédente (-5,5%). Explication: on a certes produit plus de films, mais avec un budget moins élevé. Cela est confirmé par la baisse du budget moyen d'un film (-6,5%).

Surtout, cela est visible par la forte progression des films à petit budget: on a produit 58 films à moins d'un million d'euros -apparemment un autre record historique. C'est 11 films de plus qu'en 2011, et 18 de plus qu'en 2010. Ces petits budgets sont des films d'auteur, qui peuvent bénéficier d'une subvention du CNC attribuée au cas par cas avant le tournage à la lecture du scénario: la célèbre avance sur recettes (20 millions d'euros distribués à 44 films en 2011).

Mais certains tablaient pourtant sur une baisse de la natalité des petits budgets. Ainsi, l'Ifcic (Institut pour le financement du cinéma et des industries) prédisait dans son rapport annuel 2011: "en 2012, le nombre de films produits devrait se stabiliser, voire diminuer, compte tenu notamment des nouvelles conditions d’attribution de l’avance sur recettes du CNC, qui devrait bénéficier de façon moins importante aux très petits films (devis inférieur à 1 ou 2 millions d’euros) financés quasi-exclusivement par l’avance sur recettes - catégorie de films qui a représenté l’essentiel de la hausse de la production nationale en 2011".

Jamal Henni