BFM Business

La "marque" Qatar mise tout sur le sport

Richard Attias était l'invité de BFM Business, ce jeudi 13 décembre.

Richard Attias était l'invité de BFM Business, ce jeudi 13 décembre. - -

Richard Attias, l'organisateur du forum Doha Goals, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 13 décembre. Il a notamment évoqué la stratégie économique du Qatar, basée sur le sport.

Tout juste rentré du forum Doha Goals, où se sont notamment exprimés Nicolas Sarkozy (!) et Frédéric Thiriez, le président de la Ligue professionnelle de football, Richard Attias était l’invité du Grand journal de BFM Business, ce jeudi 13 décembre. Et l’organisateur de cette grande manifestation autour des enjeux du sport a en quelque sorte joué le rôle de VRP du petit émirat gazier.

Il a d’abord tenu à rappeler que "depuis près de dix ans, de grands évènements sportifs ont lieu au Qatar. Il y a eu les Jeux asiatiques, les Jeux arabes, il y aura les championnats du monde de handball en 2015, les championnats du monde d’athlétisme, etc." Il a ensuite confirmé ce que la planète entière a récemment constaté : "le Qatar a décidé de faire du sport un de ses piliers stratégiques". Logique, selon lui, notamment car "il y a des milliards de consommateurs potentiels, de très grands enjeux financier."

"Aller à Doha pour la baignade, ça ne marche pas"

L’homme d’affaires a ensuite développé : "les Qataris ont une véritable vision de ce que le pays doit faire pour diversifier son économie. Ils se disent: qu’est-ce qu’on peut faire pour se développer structurellement, pour avoir une influence internationale et pour créer du tourisme? Aller à Doha pour simplement profiter de la baignade, ça ne marche pas. Par contre, créer un volet d’évènements sportifs où toutes les semaines, toutes les deux semaines, vous attirez des milliers de personnes qui viennent participer activement, c’est un axe de développement stratégique du pays."

"Tous les pays aujourd’hui ont besoin d’avoir une marque. La France est une marque. Les Etats-Unis sont une marque. Le Qatar veut avoir une marque et un ADN particulier. Quand vous avez une marque, vous influencez votre consommateur, attirez des investisseurs, une certaine audience, et vous véhiculez un certain nombre de projets et de valeurs. Dubaï l’avait fait en son temps, et cela avait été extrêmement positif."

BFMbusiness.com