BFM Business

La Fiac, le rendez-vous des collectionneurs étrangers

Les oeuvres de 1.451 artistes sont exposées au Grand Palais, à Paris.

Les oeuvres de 1.451 artistes sont exposées au Grand Palais, à Paris. - François Guillot - AFP

La Foire internationale d'art contemporain, ou Fiac, ouvre ses portes ce jeudi. L'occasion pour les particuliers - fortunés - d'enrichir leur collection.

"Le nœud de l'affaire, c'est que mes possibilités de travail dépendent de la vente de mes œuvres", disait Vincent Van Gogh à l'époque. Une réflexion toujours d'actualité pour les artistes d'aujourd'hui. D'où l'organisation d'événements tels que la Fiac. La Foire internationale d'art contemporain ouvre ses portes du 23 au 26 octobre à Paris; chaque année, les collectionneurs du monde entier s'y précipitent.

"Jamais depuis que je m'occupe de la Fiac (pour la 11e fois), nous n'avions été à ce point sollicités par des groupes importants de collectionneurs étrangers", souligne la directrice de la Fiac, Jennifer Flay. Le nombre de collectionneurs chinois a ainsi été multiplié par huit depuis 2001. "Mais il y a aussi des groupes qui viennent du Moyen-Orient, des Etats-Unis, d'Amérique latine", note-t-elle.

La salle de ventes Artcurial, qui prévoit en marge de cet événement deux ventes aux enchères, précise que 70% des acheteurs sont étrangers.

De l'amateur au collectionneur

Philippe Joppin, de la galerie High Art, explique qu'il existe, dans ce genre d'événements, trois catégories de collectionneurs. Tout d'abord, celui qui ne mise que sur les grosses galeries. "Son budget est conséquent et il préfère des artistes déjà reconnus". Il faut savoir qu'une œuvre d'un artiste célèbre peut facilement atteindre 1 million d'euros.

La deuxième catégorie regroupe les collectionneurs au budget conséquent mais qui n'hésitent pas à aller voir de petites galeries pour miser sur des artistes en devenir. Et enfin, la troisième catégorie est celle de l'amateur. Avec un petit budget de 1.000 à 10.000 euros, il va découvrir des artistes et parier ainsi sur leur avenir. "Leur but est vraiment de commencer une collection".

L'art contemporain, un marché dynamique

Des oeuvres de 1.451 artistes sont exposées, dont les cinq artistes les plus cotés dans le classement d'Artprice, leader mondial des données sur les ventes aux enchères d'art contemporain: Jean-Michel Basquiat, Jeff Koons, Christopher Wool (tous trois Américains), Zeng Fanzhi (Chine) et Peter Doig (Grande-Bretagne). La majorité des artistes exposés sont américains (25%), devant les Allemands (12%) et les Français (11%). Les artistes chinois ne représentent que 3%, à égalité avec la Belgique, d'après Artprice.

Cette 41e édition se tient alors que le marché de l'art contemporain aux enchères est particulièrement dynamique. Selon Artprice, il a franchi la barre des 2 milliards de dollars de recettes sur la période juillet 2013-juillet 2014, la meilleure année de son histoire. Une progression dont ne profite pas Paris, qui a réalisé 23 millions d'euros de recettes, contre 541 millions pour New York et 299 millions pour Pékin. La place parisienne vient de perdre sa 5e place, devancée par Shanghai et talonnée par Guangzhou.

Pourtant, Jennifer Flay note qu'"on parle beaucoup de Paris qui a retrouvé quelque chose de pétillant, d'attractif pour un public international". "Il y a vingt ans, Paris était considérée, à tort, comme une place où il ne se passait pas grand-chose dans la création contemporaine. Cette perception a changé notamment grâce à des inaugurations importantes", analyse-t-elle, citant la fondation d'Antoine de Galbert (La Maison rouge), le musée du quai Branly, mais aussi la fondation Louis Vuitton et le musée Picasso rénové, tous deux inaugurés cette semaine.

Diane Lacaze avec AFP