BFM Business

"La Croix" passe à l’orange

La couleur orange a remplacé le bleu en Une du quotidien.

La couleur orange a remplacé le bleu en Une du quotidien. - La Croix

Le quotidien a lancé mercredi sa nouvelle formule, plus aérée et marquée par un changement de couleur.

La Croix poursuit son chemin, et dessine les contours de son avenir avec une nouvelle formule se voulant plus moderne pour son journal papier. Passé au format tabloïd en 2013, le quotidien du groupe Bayard adopte désormais un style plus aéré et abandonne son logo sur fond bleu au profit d'un orange pétant, symbolisant la "vitalité" du journal, selon ses dirigeants.

Ce journal créé en 1880, "qui affirme clairement son identité catholique mais refuse de s'y enfermer", selon son directeur Guillaume Goubert, est passé fin 2015 au 4e rang des quotidiens généralistes nationaux, devant Libération.

Cette nouvelle formule a notamment été réalisée par le graphiste Quintin Leeds, qui avait imaginé la nouvelle formule du journal Le Monde en 2010.

En dernière page, le portrait du jour est remplacé par le texte d'un écrivain qui apportera chaque jour sa vision de l'actualité.

Comme Le Monde, Libération, ou plus récemment Les Échos, La Croix parie aussi sur une formule du weekend plus "magazine", avec un papier plus épais et une nouvelle place accordée à la photo.

Abonnés fidèles

Le journal a réussi à maintenir des ventes assez stables, autour de 90.000 exemplaires par jour en moyenne en 2015, grâce à la fidélité de ses abonnés qui représentent 80% de ses ventes. Ses ventes en kiosques, secteur le plus fragile actuellement pour les quotidiens, ne représentent que 4.500 exemplaires par jour.

Ses lecteurs fidèles, des femmes en majorité et de catégorie socio-professionnelle plutôt élevée, devraient avoir une nouvelle place dans les pages débats du journal, qui affirme miser sur "l'interactivité".

Le site de La Croix, lui, accuse un fort retard d'audience par rapport à ceux des autres quotidiens, avec 2,6 millions de visites par mois, selon l'OJD. Il est désormais géré par l'ensemble des 100 journalistes du quotidien, et non plus par une rédaction séparée. La-croix.com se dote aussi d'un "paywall", qui pousse le lecteur à payer après quelques pages consultées.

Y.D. avec AFP