BFM Business

JO 2024: quels sont les autres prétendants?

-

- - Jonathan Nackstrand - AFP

Alors qu’une candidature parisienne apparaît de plus en plus probable, d’autres villes sont d’ores et déjà sur les rangs. Et certaines possèdent des arguments non négligeables.

La candidature de Paris pour les Jeux Olympiques de 2024 se précise. Sans surprise, le Conseil de Paris a en effet donné son feu vert lundi 13 avril. La capitale a maintenant jusqu'au 15 septembre pour déposer un dossier officiel. Reste à savoir quelles sont ses chances. A priori, la concurrence sera rude, mais pas insurmontable.

Premier concurrent de taille: les Etats-Unis. Leurs derniers Jeux datent de 1996 à Atlanta. Et notamment grâce à leur puissance financière, leur ville candidate, Boston, a vite été jugée ultra favorite. Peut-être un peu trop vite, puisque deux Américains sur trois ne veulent pas de cette candidature. Un problème de taille, lorsque l'on sait que le soutien populaire est un élément fondamental pour le comité olympique. Soutien dont Paris, au contraire, bénéficie pleinement.

Hambourg et Rome sur les rangs

Les deux autres concurrents sont européens: l'Allemagne avec Hambourg, et l'Italie avec Rome. Outre-Rhin, on attend le retour des Jeux depuis Munich en 1972. L'enthousiasme de la population est fort. Et le projet se veut à taille humaine, compact: il serait possible d'accéder à tous les sites à pied ou à vélo. Problème : aujourd'hui, Hambourg n'est pas une grande ville de sport. Il y aura donc beaucoup à construire et le budget risque d'être plus élevé qu'à Paris.

Enfin, Rome sera certainement l’adversaire la plus coriace de Paris: une cité historique, pleine de charme, et des infrastructures déjà existantes. D'où un budget restreint, en ligne avec les nouvelles exigences du comité olympique. Des arguments pour lesquels Paris aura toutefois du répondant.

Dorothée Balsan