BFM Business

Les Jeux olympiques peuvent-ils être rentables?

Paris pourrait se porter candidate à l'organisation des JO 2024.

Paris pourrait se porter candidate à l'organisation des JO 2024. - Jonathan Nackstand - AFP

Le Conseil de Paris a approuvé ce lundi la candidature de la capitale pour l'organisation des Jeux olympiques 2024. Reste à savoir si l'opération peut s'avérer bénéfique sur le plan économique.

Le manque d'enthousiasme d' Anne Hidalgo concernant une candidature de la capitale à l'organisation des JO 2024 semble bien loin. Ce lundi, le Conseil de Paris a en effet approuvé l'initiative, et devrait selon toute vraisemblance ouvrir la voie à un dépôt de dossier auprès des instances olympiques. La maire de Paris avait pourtant exprimé ses doutes, en février dernier, notamment vis-à-vis de l’impact sur les finances de la Ville. "Vous savez, les Jeux c’est très joli, mais il n’y a pas une ville qui s’est engagée dans les Jeux qui s’y soit retrouvée sur le plan économique", avait-t-elle ainsi déclaré.

La mairie de Paris avait alors estimé le coût de l'événement à 6 milliards d'euros, selon Le Parisien. La moitié de ce budget serait consacré à l'organisation en tant que telle, l'autre à la construction des infrastructures nécessaires. 

Une telle somme relance ainsi le débat: les Jeux olympiques peuvent-ils rimer avec opérations bénéfiques?

Les JO rentables depuis 1980?

Ces dernières années, les avis divergent. Et pour cause: dans la majorité des cas, le coût initial est largement sous-évalué et le comité organisateur se retrouve en situation de déficit, laissant aux autorités le soin de régler le reste de la note. Les JO de Londres, en 2012 ont parfaitement illustré cette situation: estimés à 4 milliards d’euros lors de leur attribution sept ans auparavant, ils auraient finalement coûté près de 12 milliards. Ce qui n’empêche pas les autorités britanniques de vanter l’impact bénéfique de l’évènement, qui aurait permis à Londres de rentrer dans ses frais, voire de rentabiliser l’évènement.

Un miracle ? Pas vraiment. Selon une étude du cabinet Sport+Markt, les Jeux olympiques auraient dans l’ensemble rapporté plus qu’ils n’ont coûté. Et ce depuis…1980 : 220 millions de dollars de bénéfice pour Los Angeles et Séoul, 10 millions pour Atlanta, et même 145 millions pour Pékin, qui avait pourtant organisé les Jeux les plus chers de l’histoire. Sydney aurait même décroché le jackpot avec un bénéfice estimé à 1,75 milliard de dollars!

"Cela fait gagner du temps sur les investissements"

Une vision idyllique qui pourrait toutefois ne pas correspondre à la réalité. "Tout dépend de quel point de vue on se place", tempère Vincent Chaudel, expert sport au sein du cabinet Kurt Salmon. "Chacun montre ce qu’il a envie de montrer". De tous temps, les organisateurs ont en effet eu tendance à s’arranger avec les chiffres, excluant par exemple les coûts d’aménagement du territoire. "Il y a une différence entre les investissements fonctionnels et structurels. Faut-il par exemple prendre en compte le coût de la ligne TGV dans celui des JO d’Albertville, en 1992, qui a considérablement changé la situation dans la région?", s’interroge ainsi le spécialiste.

Au final, le bénéfice réel serait difficilement quantifiable, mais "cela fait au moins gagner du temps sur des investissements qu’on aurait réalisé plus tard. Cela peut valoir pour le Grand Paris, par exemple: des projets pourraient s’accélérer en cas de candidature française. Même chose pour Londres, qui a procédé à des aménagements nécessaires dans l’est de la ville dans le cadre de l’organisation des Jeux." Une donnée qui devrait sans nul doute prendre toute sa place dans le débat entre élus parisiens.

Yann Duvert