BFM Business

Hollande défend "l'exception culturelle" face aux Etats-Unis

François Hollande ne souhaite pas que le secteur audiovisuel soit inclu dans les négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis.

François Hollande ne souhaite pas que le secteur audiovisuel soit inclu dans les négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis. - -

Emboîtant le pas d'Aurelie Filippetti, le chef de l'Etat s'est prononcé, vendredi 15 mars, contre l'inclusion du secteur audiovisuel dans les négociations de libre-échange entre l'UE et les Etats-Unis.

"La culture n'est pas une marchandise, et nous ne laisserons pas faire, car c'est l'exception culturelle qui est aujourd’hui menacée". Interrogée par l'AFP, Aurélie Filipetti n'a pas maché ses mots, vendredi 15 mars, s'agissant des négociations commerciales entre l'Europe et les Etats-Unis, qui devraient débuter prochainement.

Au début de la semaine, le collège des commissaires européens a en effet donné son feu vert à l'ouverture de négociations de libre-échange.

"Comme je l'ai fait sur le droit d'auteur, je vais mobiliser dès aujourd'hui l'ensemble de mes collègues ministres européens de la Culture afin que nous ayons une prise de positon commune et concertée contre cette menace. Ce combat est aussi celui de tout un secteur culturel et économique, qui, j'en suis certaine, ne manquera pas de se mobiliser avec le gouvernement", a-t-elle ajouté.

François Hollande exige des garanties sur l'audiovisuel

Une initiative soutenue par le président de la République. "Ma position est la suivante: je suis pour qu'il y ait une négociation qui s'ouvre pour lutter contre un certain nombre de barrières douanières ou de freins aux échanges de façon à favoriser la croissance. Mais il doit y avoir des garanties par rapport à certains domaines", a ainsi affirmé François Hollande, en marge d'un sommet des dirigeants européens à Bruxelles, ce vendredi.

Paris ne veut pas que "les normes sanitaires" et "l'exception culturelle, notamment les services audiovisuels" fassent partie des négociations avec l'administration américaine. "Je veux que ces domaines soient exclus du champ de la négociation", a insisté le chef de l'Etat.

Les industries culturelles représentent 4,5% du PIB de l'UE et emploient quelque 8 millions de personnes.

BFMbusiness.com