BFM Business

Gustave et Rosalie, le site qui n'en finit plus d'emballer les couples

Gustave et Rosalie s'appuie de la vie de couple en histoires (et notamment d'infographies très amusantes) pour définir son business model

Gustave et Rosalie s'appuie de la vie de couple en histoires (et notamment d'infographies très amusantes) pour définir son business model - Gustave et Rosalie

Ce site, dénichant les bons plans pour les jeunes amoureux, s'est inspiré des magazines féminins ou encore d'Un gars une fille. Il diversifie de plus en plus ses activités et devrait être bénéficiaire cette année grâce à une stratégie marketing très originale.

Si vous vivez une belle histoire d'amour, que vous avez moins de 35 ans et que vous vivez à Paris, il y a de fortes chance que vous connaissiez Gustave et Rosalie. Ce site internet "raconte" les aventures d'un couple qui approche la trentaine, dont les membres vivent sous le même toit mais ne sont pas encore mariés.

Au gré de leurs envies et de leurs sorties, le lecteur découvre les bons plans de Paris. Derrière cette idée, il y a en fait non pas un couple mais trois jeunes hommes: Paul Polyakov, Raphaël Cosimano et Antoine Constantin.

En 2012, ces jeunes hommes ont 27 ans et veulent lancer leur boîte qui a alors déjà vocation à dénicher des idées de sorties ou de restaurants dans la capitale, un peu à la manière de Mylittleparis. Mais très vite ils décident de se recentrer sur le couple. "Au moment où on creuse le sujet on se dit que c'est un thème sur lequel les hommes et les femmes se rejoignent. Moi par exemple je lisais le Elle de ma copine et je trouvais des contenus intéressants", explique Antoine Constantin, président de Gustave et Rosalie.

A l'époque la griffe The Kooples fait toute une campagne publicitaire autour du couple ce qui achève de les convaincre que "le couple peut être un vecteur de discussions". Leur inspiration leur vient alors également de la célèbre émission Un Gars, Une fille. "Il y avait vraiment cette idée d'authentification, avec des caractères très forts qui rappellent toujours quelque chose à une audience mixte", poursuit Antoine Constantin.

L'Aston Martin de James Bond comme modèle

A ce moment-là, lui et ses compères décident de viser les jeunes Parisiens agés de 25 à 35 ans. Ils commencent alors à raconter les pérégrinations de leurs deux personnages. "Pour exister face à la pléthore d'acteurs, il fallait nouer très vite et très fortement des liens avec une audience, une communauté. D'où l'idée des personnages pour que l'audience puisse se reconnaître dans leurs histoires". Le site est monté en 2012. Le plus difficile reste à faire. “On partait de 0. Au début nous n’avions pas de communauté et on ne connaissait personne pour vendre des campagnes. Il a ainsi fallu le temps de créer la communauté et ensuite le temps pour créer de la légitimité vis-à-vis des acteurs du marché", confie Antoine Constantin. 

Le modèle économique repose sur une newsletter bihebdomadaire gratuite et entièrement financée par la publicité. Avec une force: arriver à assimiler les annonceurs au sein même des histoires. Ce qu’ils appellent “le native marketing”. “Notre source d’inspiration c’est l’Aston Martin de James Bond. C’est vraiment comme ça que l’on imagine l’intégration des marques dans l’histoire de Gustave et Rosalie, c’est-à dire une intégration des annonceurs qui apporte de la valeur dans le dialogue et qui n’est pas intrusive”.

De 15.000 abonnés en 2013, le service passe à 45.000 en 2014 et 85.000 prévu pour fin 2015. Le chiffre d’affaires lui croît encore plus vite: de 30.000 euros fin 2013 il s'élève à 150.000 euros en 2014 et devrait atteindre 400.000 euros cette année. Les fondateurs se paient depuis début 2014. Combien? “On s’en sort mais on a pas des chauffeurs en limousine pour autant!”, sourit Antoine Constantin. La société devrait être rentable cette année.

Actuellement Gustave et Rosalie recrute deux cents nouveaux abonnés par jour. Pour 2016 les objectifs sont ambitieux: 150.000 abonnés et surtout faire monter à plein régime un nouveau service, lancé en juillet 2015: “La petite attention”. Il s’agit de l’entrée de Gustave et Rosalie dans le e-commerce. 

Une montre qui a été l'un des cadeaux offerts dans le cadre de La Petite Attention
Une montre qui a été l'un des cadeaux offerts dans le cadre de La Petite Attention © Gustave et Rosalie

Les clients s’abonnent à ce service pour 40 euros par mois et reçoivent alors chaque mois un cadeau à offrir à leur conjoint(e). Les fondateurs de Gustave et Rosalie avaient auparavant remarqué, via un questionnaire auquel répondent 500 personnes, que 70% des personnes en couple ont des difficultés pour offrir un cadeau à leur tendre moitié.

De plus, “on constate qu’entre avoir envie d’acheter un cadeau à son copain/sa copine et le faire il y a un fossé. Or notre service permet de simplifier le passage de l’envie à l’acte d’achat”, indique Antoine Constantin. Et c’est ainsi que la Petite attention est créée.

Chaque mois l’abonné reçoit son cadeau à offrir déjà emballé ( sans aucune mention de Gustave et Rosalie) avec une antisèche pour savoir ce que contient le paquet sans avoir à le déballer. Et pouvoir ainsi en parler à son conjoint. La valeur du cadeau est comprise entre 70 euros et 100 euros, prix conseillé en magasin. Pas de vente à perte pour autant. “On négocie des volumes directement auprès du producteur, on offre un peu de publicité sur Gustave et Rosalie, c’est tout un partenariat”, explique Paul Polyakov, le directeur marketing. Ce qui fait que le prix de revient peut très bien tourner autour des 20 euros l’objet.

Chaque mois deux cadeaux sont proposés aux abonnés (un pour elle, un pour lui) avec le risque évidemment que cela ne plaise pas. Pour éviter cela, Gustave et Rosalie a mis en place des comités de validation avec des tests de produit. Seuls ceux qui font l’unanimité sont retenus. Les vêtements avec des tailles sont évidemment évités. On trouve ainsi des montres, des écharpes, des portefeuilles, des pochettes etc...

Une communication...originale

400 abonnés ont été séduits par ce service depuis juillet pour un chiffre d’affaires de 30.000 euros. Pour 2016, la TPE compte atteindre les 10.000 abonnés. Pour remplir ces objectifs, Gustave et Rosalie veut aujourd’hui réaliser une levée de fonds de 500.000 euros pour améliorer ses services. Notamment proposer un service de livraison express pour la Petite attention, qui contrairement au site en lui-même compte des abonnés partout en France. Mais aussi étoffer les effectifs et passer ainsi de quatre à une dizaine de personnes.

Et du coup les fondateurs de Gustave et Rosalie commencent tout doucement à faire quelque chose de nouveau: communiquer. Car jusque-là ils misaient surtout sur la reprise de leur contenu. Exemple: lors des Municipales de 2014, ils créent un petit jeu vidéo à la Space Invaders. Le joueur dirige une tour Eiffel qui tire des missiles bleu blanc rouge pour détruire des têtes de Nathalie Kosciusko-Morizet et d’Anne Hidalgo. A la fin le jeu dit aux joueurs pour qui il doit voter en fonction du nombre de têtes détruites. Les comptes twitter officiels de deux candidats tweetent le lien. Fait intéressant: 55% des joueurs se voient conseiller de voter pour Anne Hidalgo, 45% pour Nathalie Kosciusko-Morizet. Soit exactement le résultat final opposant les deux femmes politiques.

Autre exemple: une infographie intitulée “pourquoi les hommes ne comprennent rien au sexe”. En quelques dessins (“Ce que le mec pense” VS “La réalité "), on voit combien l’homme se trompe lourdement sur la sexualité de sa compagne. Le contenu est repris par de nombreux médias et est tweeté par Marc Dorcel, le pape de l’industrie pornographique française himself!

-
- © Gustave et Rosalie
-
- © Gustave et Rosalie

Pourquoi Gustave et Rosalie?

L’une des sources d’inspiration des fondateurs de Gustave et Rosalie, est un de leurs amis, connu pour être un épicurien qui savoure les plaisirs parisiens. Le nom de ce copain? Gary. A l’époque de la sortie du site, Gary sortait avec une fille nommée Rosalie. Gary deviendra Gustave (“Ca sonne plus parisien, ça fait penser à Gustave Eiffel”, selon Paul Polyakov). Pour l’anecdote, Gary et Rosalie ne sont aujourd’hui plus ensemble.