BFM Business

France Télévisions va se serrer la ceinture

Le PDG Rémy Pflimlin à la conférence de rentrée mardi

Le PDG Rémy Pflimlin à la conférence de rentrée mardi - -

Le PDG Rémy Pflimlin a annoncé que l'Etat versera moins d'argent que promis en 2013.

Rémy Pflimlin a annoncé mardi 28 août un important plan d’économies à France Télévisions. Le PDG n’a donné ni son montant, ni les secteurs impactés. Mais "il faut s'attendre à ce que les ressources publiques versées à France Télévisions soient en 2013 en retrait par rapport à ce que prévoyait" le budget pluri-annuel 2011-2015, appelé aussi contrat d’objectifs et de moyens (COM) dans le jargon administratif. C’est une première dans l’audiovisuel public, où ce type de contrat était jusqu’à présent respecté et garantissait des ressources minimales aux chaînes.

Le contrat avait pourtant été adopté il y a à peine un an. Pour 2013, il prévoyait un budget de 3 milliard d’euros, dont 434 millions de recettes publicitaires (+2,1%) et 2,6 milliards de versements de l’Etat (+1%).

L’objectif de rentrées publicitaires paraît inatteignable : d’ores-et-déjà, l’objectif pour 2012 (425 millions d’euros) n’est pas tenu : la régie accuse un retard de 30 millions d’euros à fin août, selon le PDG.

Quant à la dotation publique, elle devait, selon le COM, croître de 24 millions d’euros en 2013. D'après Le Figaro, c’est au contraire 100 à 150 millions d’euros que l’Etat veut donner en moins –un chiffre démenti par Rémy Pflimlin, qui assure que le montant n’est pas arrêté.

Maintien de la publicité en journée

"Le redressement des finances publiques demandera à tous des efforts. Le service public de télévision doit en prendre sa part", a déclaré le PDG lors de la conférence de rentrée de France Télévisions. "Si les ressources sont inférieures à ce qui était prévu, alors il faut réaliser des arbitrages qui peuvent être structurants". Il a annoncé que des discussions sur le sujet démarreront en septembre avec l’Etat. "Le but de cette discussion sera sans doute de revenir sur certains points", a-t-il ajouté.

Interrogé sur les commandes aux producteurs audiovisuels, Rémy Pflimlin a juste assuré "travailler à ce jour" avec le montant inscrit au budget 2012, qui est de 420 millions d’euros, ce qui représente 20% du budget des programmes. Rappelons que les chaînes publiques représentent la moitié des commandes de fiction TV.

Enfin, le PDG a refusé de se prononcer sur le rétablissement de la publicité après 20h. En revanche, il a jugé "très probable" que la publicité soit bien maintenue en journée... une suppression paraissant "très compliquée" dans l’état actuel des finances publiques.

Jamal Henni