BFM Business

France 2 fait machine arrière sur Envoyé spécial

Elise Lucet

Elise Lucet - France 2 Nathalie Guyon

La périodicité des magazines d'information de France 2 reste finalement inchangée, et seulement trois postes sont supprimés, au lieu des dix envisagés.

Après une semaine de tergiversations, la direction de France Télévisions a finalement pris ses décisions concernant les deux magazines d'information de France 2, Envoyé spécial et Complément d'enquête.

"Concernant les magazines du jeudi, leur périodicité actuelle sera maintenue et l'effort demandé est [une réduction] de trois équivalents temps plein (ETP)", a indiqué mardi 28 novembre le directeur de l'information Yannick Letranchant dans une lettre aux salariés. Ces trois ETP correspondent à environ six CDD, ce qui réduira donc l'effectif des magazines de 27 à 21 journalistes. "Le pire a été évité. Nous avons sauvé les meubles à court terme", dit un des journalistes concernés. 

Moins de postes supprimés

Envoyé spécial continuera donc à être diffusé à 21h00, et Complément d'enquête vers 23h00. L'idée d'alterner en prime time les deux magazines est donc abandonnée.

Quant au nombre de postes supprimés, il est réduit par rapport au chiffre annoncé lundi par Yannick Letranchant aux deux présentateurs Elise Lucet et Thomas Sotto. Yannick Letranchant avait alors évoqué la suppression non pas de trois, mais de dix ETP. Selon les journalistes, cela correspondait à la suppression de seize CDD -sans compter quatre CDD qui allaient être renvoyés aux journaux télévisés. Cela aurait donc laissé quatre journalistes sur quatorze à Envoyé spécial, et deux sur treize à Complément d'enquête. "C'était très violent, les gens étaient en larmes", raconte un témoin.

Mardi, Yannick Letranchant a aussi annoncé au Monde que plus de sujets seront commandés à l'extérieur: 60% pour Envoyé spécial, contre 48% aujourd'hui.

30 postes en moins

Ces annonces ont été faites mardi en fin de matinée, quelques heures avant une rencontre prévue à 15h00 entre la présidente Delphine Ernotte et la Société des journalistes de France 2. Ce rendez-vous a été d'une assemblée générale, qui a décidé de soumettre au vote la semaine prochaine une motion de défiance contre la PDG des chaînes publiques.

Dans sa lettre citée par l'AFP, Yannick Letranchant ajoute: "Dans un contexte budgétaire contraint, l'entreprise réaffirme que l'information est la première priorité du service public et veillera en 2018 comme au-delà à préserver son offre, son indépendance et sa qualité. C'est dans cet esprit que son budget est construit et préservé. Ce cadre nous impose de maîtriser nos effectifs qui sont aujourd'hui de 1340. Ces effectifs devront être réduits au global de 30 ETP (équivalents temps plein) au cours de l'année", soit moins que les 66 évoqués jeudi dernier par Yannick Letranchant.

Rapport dégradés

Historiquement assez stable, l'audience d'Envoyé spécial avait décroché il y a deux ans, perdant 600.000 spectateurs en une saison. Mi-2016, Delphine Ernotte avait alors placé Elise Lucet à la tête du magazine. Celle-ci avaient développé les sujets d'investigation, comme sur l'affaire Bygmalion ou Pénélope Fillon. Ce dernier sujet avait réalisé une record d'audience (19,3%). Globalement, sur la première saison dirigée par Elise Lucet (2016-17), Envoyé spécial avait encore perdu 410.000 spectateurs, mais regagné 0,2 point d'audience. A la rentrée 2017, la ligne a donc de nouveau été infléchie, avec plus de sujets de société ou sur la consommation, faisant regagner 300.000 spectateurs. Parallèlement, les rapports entre Elise Lucet et sa direction se sont dégradés, notamment lors d'un bras de fer concernant la diffusion du reportage sur l'affaire Bygmalion.

Rappelons qu'Elise Lucet présente aussi en parallèle le magazine Cash investigation, qui est produit en externe part la société Premières lignes, et n'est donc pas concerné par les mesures d'économies internes.

Les magazines d'information des chaînes publiques restent parmi les programmes les plus appréciés des téléspectateurs, arrivant en deuxième position dans un sondage réalisé par l'IFOP en 2016 (cf. encadré ci-dessous).

Les programmes d'information préférés (note de satisfaction sur 10)

Journaux télévisés: 6,3 / 10 Magazines d'information: 6,2 / 10 Chaîne d'information en continu: 5,8 / 10 Sites et application d'information: 5,7 / 10

Source: sondage Ifop

L'audience des magazines, en millions de téléspectateurs (part d'audience en %)

Envoyé spécial
2011-12: 3,3 (12,6%) 2012-13: 3,27 (12,5%) 2013-14: 3,13 (12,3%) 2014-15: 3,1 (12,3%) 2015-16: 2,5 (10,2%) 2016-17: 2,09 (10,4%) 2017-18 (à date): 2,39 (10,3%)

Complément d'enquête
2011-12: 1,84 (10,9%) 2012-13: 1,87 (10,9%) 2013-14: 1,83 (11,1%) 2014-15: 1,73 (11%) 2015-16: 1,42 (10,6%) 2016-17: 0,85 (9.6%) 2017-18 (à date): 1,23 (11%)

Source: Médiamétrie

Jamal Henni