BFM Business

Fournitures scolaires: 5 astuces pour alléger la facture

Trousse, cartable, stylo... ce sont environ 100 euros qui sont consacrés à l'achat des fournitures hors papeterie.

Trousse, cartable, stylo... ce sont environ 100 euros qui sont consacrés à l'achat des fournitures hors papeterie. - Frédérick Florian - AFP

Les courses de la rentrée scolaire impliquent la chasse aux économies pour les parents. Mais miser sur les prix bas n'est ni la meilleure ni la seule manière de faire baisser la note.

Même si les parents sont nombreux à avoir en main la liste de fournitures scolaires depuis le mois de juin, c'est maintenant que le vrai rush a lieu dans les magasins. Certains ont attendu le versement de l'allocation de rentrée… mais la majorité ont fait preuve de procrastination, tant faire les courses de rentrée est un calvaire. Ainsi, 42% des parents achètent les fournitures entre la mi-août et début septembre, et ils sont même 7% à les effectuer toujours après la rentrée, selon un sondage réalisé par Odoxa pour Pilot.

A quatre jours de la rentrée, il n'y a plus moyen de tergiverser pour les retardataires, il faut passer à la caisse. Et la note est salée: les parents déboursent en moyenne 190,42 euros pour un enfant entrant en sixième, soit 0,7 % de plus que l'année passée, selon le baromètre Famille de France. Sur cette somme, en moyenne 100,82 euros sont dédiés aux fournitures non papetières et 46,66 euros de fournitures papetières. Voici quelques conseils pour limiter les dépenses 

>Réutiliser un maximum les articles de l'année passée

Cela relève du bon sens. Mais avant de partir faire les courses la liste en main, mieux vaut jeter un oeil à ce qui traîne dans le cartable et la trousse de l'année dernière. Compas, règle, gomme… il y a forcément des articles qui sont parfaitement en état d'être utilisés une année de plus. C'est toujours cela de moins à acheter.

> Ne pas miser que sur les prix bas

Il faut plutôt viser le rapport qualité-prix plutôt que de remplir son caddie d'articles bas de gamme. A défaut, on prend le risque de devoir racheter un classeur qui a cédé, un cartable qui a rendu l'âme en cours d'année. Et forcement au prix fort car hors saison. Même vigilance sur les lots, qui ne se révèlent pas toujours les plus intéressants.

> Rester mesuré sur les articles sous licence

Violetta, Hello Kitty, Cars ou encore les Lapins Crétins s'affichent sur les cartables, les trousses, les couvertures de cahier. Mais pour obtenir ces licences très vendeuses auprès des enfants, les fabricants déboursent de fortes sommes. Et naturellement cela se ressent sur le prix de ces articles, dont la qualité est souvent très moyenne. Mieux vaut donc investir dans un article plus simple mais dont la finition et la qualité ne feront pas défaut.

> Laisser choisir un article coup de cœur

Comme financièrement il est difficile de céder à toutes les exigences de votre enfant, il faut lui proposer un compromis: laissez-lui la liberté de choisir un article, en acceptant de faire une petite entorse budgétaire. Le plus souvent, c'est la trousse, l'agenda ou encore le cartable. Et en échange, c'est vous qui choisirez le reste des fournitures scolaires, en veillant aux prix affichés sur les étiquettes.

> Comparer les prix…dans la limite du raisonnable

Jeter un œil sur les publicités reçues dans votre boîte aux lettres ou bien comparer les prix en ligne, c'est naturellement un bon réflexe. Mais la perspective d'économiser 30 centimes sur un pack de feutres justifie-t-elle de se déplacer spécifiquement dans ce supermarché un peu plus éloigné de votre domicile? Si l'on compte le temps passé pour ce détour et les dépenses de carburant, le bénéficie s'avère bien mince. Lors de votre étude de marché, prenez aussi en compte le choix mis à disposition dans chacun des magasins, car cela peut aussi être source d'économie d'éviter les allers-retours chez plusieurs commerçants.