BFM Business

Felix Baumgartner donne des ailes à Red Bull

L'Autrichien Felix Baumgartner, sponsorisé par Red Bull, a franchi le mur du son en chute libre.

L'Autrichien Felix Baumgartner, sponsorisé par Red Bull, a franchi le mur du son en chute libre. - -

La marque de boisson énergisante est l'autre grande gagnante de l'exploit réalisé par l'Autrichien qui a franchi le mur du son en chute libre, ce dimanche 14 octobre.

Des dizaines de millions de personnes dans le monde ont regardé l'exploit de l'Autrichien Felix Baumgartner qui a franchi dimanche le mur du son en chute libre. Un exploit qui correspond parfaitement aux valeurs son sponsor Red Bull. 

Le nom de code de l'opération est "Red Bull Stratos". Cela fait plus de cinq ans que la marque de boisson énergisante accompagne le parachutiste autrichien dans ce défi. Elle y croit depuis le début, et le pari valait le coup : des dizaines de millions de personnes ont regardé les quatre minutes de saut. Une exposition exceptionnelle pour une marque dont les valeurs correspondent parfaitement à ce type d'exploit. Le slogan de la marque, "Red Bull donne des ailes", n'aura jamais autant collé à l'événement qu'elle sponsorise.

Red Bull investit 30% de son chiffre d'affaires dans la communication

Le montant de l'investissement n'a pas été dévoilé, mais la marque devrait largement le rentabiliser. Son chiffre d'affaires, de 4,3 milliards d'euros en 2011, est en augmentation de 12%.

C'est précisément ce que cherche son fondateur, un milliardaire autrichien : vendre son produit à travers des compétitions sportives, si possible les plus extrêmes. La Formule 1 bien sûr, le rallye avec le Français Sébastien Loeb mais aussi le motocross, le plongeon ou le wakeboard, des sports moins connus. 

En tout, Red Bull investit 30% de son chiffre d'affaires en marketing et communication. Une stratégie gagnante : le chiffre d'affaires de la boisson énergisante est en hausse de plus de 10%. L'année dernière en France, les ventes de la marque aux taureaux ont augmenté de plus d'un tiers!

Isabelle Gollentz et BFMbusiness.com