BFM Business

Fair-play financier: l'AS Monaco à son tour dans le viseur de l'UEFA

L'AS Monaco pourrait faire l'objet de sanctions de la part de l'UEFA.

L'AS Monaco pourrait faire l'objet de sanctions de la part de l'UEFA. - Valery Hache - AFP

L'organe dirigeant du football européen a annoncé jeudi que le club de la principauté faisait l'objet d'une "enquête formelle". L'Inter Milan, l'AS Roma ou encore Liverpool sont également concernés.

Il fallait s’y attendre: après le Paris Saint-Germain, l'AS Monaco se trouve dans le viseur de l’UEFA et de son fair-play financier. Le club de la principauté fait en effet l’objet d’une enquête de l’organisation dirigée par Michel Platini. En cause: le bilan comptable du club au terme des saisons 2011-2012 et 2012-2013, qui pourrait faire apparaître un déficit excessif au vu des règles imposées.

L’an dernier, le PSG, Manchester City ou encore le Zenith Saint-Pétersbourg avaient fait l’objet de sanctions, notamment financières. A la fin de la saison, Monaco pourrait donc suivre en compagnie d’autres grands noms de la scène continentale.

"L'instance de contrôle financier des clubs de l'UEFA (ICFC) a ouvert des enquêtes formelles sur sept clubs (l'AS Monaco, l'AS Roma, Besiktas, l'Inter Milan, Krasnodar, Liverpool et le Sporting Portugal) dans la mesure où ils présentent un déficit dépassant le seuil autorisé, selon leurs rapports financiers des années 2012 et 2013", indique en effet le communiqué, publié jeudi 25 septembre.

Monaco dégraisse son effectif

L'ICFC a donc demandé à ces clubs de lui fournir des informations complémentaires sur leurs bilans comptables au terme des saisons 2011/2012 et 2012/2013. Ils ont jusqu'à fin novembre pour s'exécuter, précise l'UEFA.

Face à cette perspective (entre autres), l'ASM a radicalement changé sa politique d'expansion et de recrutement cet été. James Rodriguez et Radamel Falcao, ses deux meilleurs joueurs, ont quitté le club, respectivement pour le Real Madrid et Manchester United. Le transfert du premier a rapporté quelque 80 millions d’euros à Monaco, tandis que le second fait l’objet d’un prêt payant avec option d'achat.

Pour rappel, le fair-play financier impose aux clubs disputant les compétitions européennes de ne pas dépenser plus qu’ils ne gagnent, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à l'exclusion des épreuves. Son entrée en vigueur étant progressive, le déficit autorisé sur les exercices 2011/2012 et 2012/2013 est de 45 millions d’euros.

Yann Duvert avec AFP