BFM Business

Débuts laborieux pour les studios de la Cité du cinéma de Luc Besson

Les studios ont cumulé 8 millions d'euros de pertes

Les studios ont cumulé 8 millions d'euros de pertes - Bertrand Guay AFP

Inaugurés il y a quatre ans, les studios de la Cité du cinéma ont connu des débuts difficiles, restant au tiers vides, et peinent à attirer des films non produits par Luc Besson.

Depuis qu'il avait été contraint en 1996 de tourner Le Cinquième élément aux studios Pinewood près de Londres, Luc Besson rêvait de doter la France de studios de la même envergure. Ce rêve devint réalité il y a quatre ans avec l'ouverture de la Cité du cinéma à Saint-Denis, comprenant neuf plateaux de tournage ultra-modernes d'une surface totale de 9.500 mètres carrés. 

Mais quatre ans après, le bilan est mitigé. En 2014 et 2015, les studios n'ont été occupés qu'"autour de 70%", indique leur présidente Brigitte Segal, qui ajoute que ce taux devrait "s'approcher de 100% en 2016".

Une grande majorité de productions maison

Et encore, ce résultat est dû à l'action volontariste de Luc Besson, qui a tourné à la Cité la plupart de ses productions. Les tournages de productions tierces restent minoritaires, et les films étrangers rarissimes (cf. ci-dessous).

Résultat: la société d'exploitation des studios, toujours déficitaire, a cumulé 8 millions d'euros de pertes. En 2015, son chiffre d'affaires a même reculé de 5% (cf. ci-dessous). "L’activité s’est située en-dessous des prévisions au 1er semestre 2015", indiquent les comptes.

Intense lobbying

Plusieurs explications existent. D'abord, comme le soulignent les studios, le crédit d'impôt pour les productions françaises tournées en langue étrangère n'est entré en vigueur qu'en janvier 2016 -à la suite d'un intense lobbying de Luc Besson lui-même. Ce n'est donc qu'à partir de cette année que la Cité a attiré ce type de tournages, à commencer par Valerian, qui a occupé sept plateaux de janvier à mai.

Ensuite, la Cité devait profiter de la fermeture des studios de Bry-sur-Marne (8 plateaux de 20.000 mètres carrés). Cette fermeture était programmée par son propriétaire, EuroMédia, qui souhaitait transférer l'activité sur ses autres sites, dont la Cité, dont il détient 25%. Mais ce projet de fermeture suscita un tollé. Finalement, les studios de Bry ont été repris et poursuivent leur activité. Depuis début 2015, ils sont dirigés par Didier Diaz, qui était auparavant le patrons des studios de la Cité... (depuis son départ, les studios sont dirigés par Brigitte Segal).

Plusieurs handicaps

Mais ces débuts laborieux s'expliquent aussi par des facteurs internes. D'abord, les studios de la Cité, flambant neufs, "facturaient des tarifs plus élevés que d'autres studios plus anciens", assure un professionnel. "Les tarifs étaient ceux du marché", rétorque un ancien salarié.

Ensuite, la Cité est partie avec plusieurs handicaps. Il y a peu d'espace pour construire sur place les décors, contrairement à d'autres studios comme Bry par exemple. Il n'était pas prévu d'accueillir du public, ce qui est nécessaire pour le tournage d'émissions télévisées -mais ce point a ensuite été réglé. Dans leurs comptes, les studios indiquent "remédier petit à petit aux problèmes que nous avons découverts au fur et à mesure de l'exploitation". Pour cela, les studios "projettent de faire quelques investissements en matériel spécifiques de manière à offrir des conditions de travail optimales à nos clients, tels que l’achat de cabines de peinture ultra-modernes, la réfection de trémies, et autres ajouts de confort et de sécurité".

Loyer revu à la baisse

Enfin, et non des moindres, les studios supportaient un loyer élevé, versé à une société civile immobilière (SCI). Après renégociation, les studios ont obtenu une baisse de ce loyer. Précisément, le loyer des 3ème et 4ème trimestres 2015 a été abaissé de 648.000 euros. La SCI supporte elle-même un crédit bail, qu'elle renégocie avec ses banques depuis l'an dernier. "Le réaménagement du crédit-bail a pour but de prolonger ce crédit-bail, et donc d’assouplir les échéances de loyer", explique Brigitte Segal.

Les actionnaires de la SCI et de la société d'exploitation des studios sont les mêmes, à commencer par Luc Besson (qui détient 9,9%) et son studio EuropaCorp (40%). Depuis l'an dernier, ils projettent de fusionner les deux sociétés. Cette fusion "vise principalement à éliminer la situation nette négative" de la société d'exploitation des studios, indiquent les comptes. À fin 2015, les capitaux propres de la société d'exploitation sont en effet négatifs à hauteur de 8 millions d'euros.

Les tournages aux studios de la Cité (date de sortie)

Films Europacorp
Taken 2 (2012) 20 ans d’écart (2013)* Malavita (2013) Le jeu de la vérité (2014) 3 days to kill (2014) Lucy (2014) Transporteur Héritage (2015) Taken 3 (2015) Sous le même toit (2017) Valerian (2017)

Autres films français
Une nouvelle amie (2014) Mea culpa (2014) Aimer boire et chanter (2014) Entre amis (2015) Lolo (2015)

Autres films étrangers
Les Schtroumpfs 2 (2013) Les recettes du bonheur (2014) Jackie (2017)

Séries TV
Y’a pas d’âge (France 2, une saison, 2013) Le bureau des légendes (Canal +, 1ère à 3ème saisons, 2015-...) En famille (M6, à partir de la 5ème saison, 2016-...) Scènes de ménages (M6, à partir de la 8ème saison, 2016-...) La Petite Histoire de France (W9, une saison, 2015) Bloqués (Canal plus, une saison, 2015)

Emissions TV
Le monde d’après (France 3, 8 prime times en 2012-13) Rising star (M6, 8 prime times en 2014) Des paroles et des actes (France 2)

*tourné à la cité mais pas aux studios

Source: Studios de Paris

Les résultats de la Cité du cinéma

Société d'exploitation des Studios de Paris SAS
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 2012: 0,84 2013: 3,2 2014: 3,5 2015: 3,3 2016: 4,4 2017*: 2,4

Résultat net (en millions d'euros)
2012: -1,6 2013: -1,3 2014: -2,8 2015: -2,3 2016: +0,2 2017*: -2,5

Société civile immobilière Les Studios de Paris
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 2009: 0 2010: 0 2011: 0 2012: 1,85 2013: 2,36 2014: 0,98 2015: 1,15 2016: 0,41

Résultat net (en millions d'euros)
2009: -0,4 2010: -0,5 2011: -0,52 2012: -1,28 2013: -0,97 2014: -0,38 2015: -1,05 2016: -1,04

Actionnariat des deux sociétés
EuropaCorp: 40% Luc Besson: 9,99% Euro Media: 25,01% Quinta Communications (Tarak ben Ammar): 25%

Source: comptes sociaux

*fusion avec la société immobilière à compter du 1er janvier 2017

Jamal Henni