BFM Business

Charlie Hebdo: les actionnaires vont ouvrir le capital à certains salariés

Éric Portheault (à gauche) et Riss (à droite), les deux co-actionnaires du journal

Éric Portheault (à gauche) et Riss (à droite), les deux co-actionnaires du journal - Charly Triballeau - AFP

Éric Portheault, l'un des deux actionnaires de l'hebdomadaire satirique, annonce dans un entretien au Figaro qu'il veut faire entrer de nouveaux salariés au capital du journal. Il donne également des informations sur le lectorat, un an après les attentats.

Il y a un an jour pour jour, le 11 janvier 2015, les Français manifestaient dans la rue leur soutien aux victimes de la fusillade à Charlie Hebdo. Un élan de solidarité "dont nous nous souviendrons toute notre vie", confie au Figaro de ce lundi l'un des deux actionnaires du journal, Éric Portheault.

Outre l'appui de la rue et des autres médias, Charlie Hebdo avait bénéficié de 4 millions d'euros de dons. Une somme qui a été transférée à la Caisse des dépôts et consignation où "un comité de sages va procéder à leur répartition entre les familles des victimes dès lors qu'ils auront décidé de la clef de répartition", affirme Éric Portheault.

Cet élan de solidarité s'était traduit par une hausse des ventes et du nombre d'abonnés. Selon Éric Portheault, les ventes se sont désormais "maintenues" autour de 100.000 exemplaires, cinq fois le niveau avant les attentats". Quant aux abonnements, ils se situent "autour de 180.000 exemplaires contre 10.000 auparavant" précise-t-il Ce qui fait qu'aujourd'hui, le journal dispose d'une trésorerie de 20 millions d'euros qui va servir "à pérenniser le journal".

"Il faut que la société fonctionne avec des actionnaires qui s'entendent"

"L'objectif c'est qu'en cas de mauvaise fortune nous n'ayons plus de soucis financiers et que nous puissions réinvestir dans des activités rémunératrices", explique le co-actionnaire de Charlie Hebdo (30%, les 70% restants étant détenus par Laurent Sourisseau alias "Riss"). Quant au capital du journal il affirme qu'il est "hors de question que deux actionnaires dirigent seuls ce journal. "Nous allons ouvrir le capital progressivement, mais pas à tout le monde. Ne seront actionnaires que des salariés du journal, mais tous les salariés ne seront pas actionnaires", détaille-t-il. Et Éric Portheault de préciser que les critères principaux seront avant tout "la compétence" et la "confiance réciproque".

"Il faut que la société fonctionne avec des actionnaires qui s'entendent, qui se respectent et qui ont la même vision de la ligne directrice du journal". Enfin, l'actionnaire de Charlie Hebdo indique que "le nouveau site Internet sera disponible la semaine prochaine".

"On y trouvera un nouveau dessin et un nouveau billet chaque jour. Les gens pourront acheter l'hebdomadaire par ce biais mais aussi acquérir des numéros ancien, soit globalement, soit par petits bouts".

J.M.