BFM Business

Cette start-up lyonnaise revisite le concept d'auberge de jeunesse

Le Slo living hostel de New Nomads à Lyon a été conçu par une architecte  accompagnée d’un collectif de designers, offre un patio et une pièce à vivre aux accents scandinaves.

Le Slo living hostel de New Nomads à Lyon a été conçu par une architecte accompagnée d’un collectif de designers, offre un patio et une pièce à vivre aux accents scandinaves. - New Nomads

"New Nomads a reçu le soutien financier de Bpifrance et veut atteindre une capacité de 500 lits d'ici 2019. Sa première auberge de jeunesse new look, à Lyon, offre des nuitées à partir de 25 euros. Une deuxième ouvrira à l'été 2016."

Comment revisiter le concept d'auberge de jeunesse, cher aux routards, en séduisant une clientèle tentée par l'hôtellerie économique classique ? C'est l'ambition première de New Nomads, jeune entreprise hôtelière de Lyon qui a reçu il y a quelques semaines le soutien de Bpifrance, entrée à son capital. Cet investissement s’inscrit dans le cadre du fonds France Investissement Tourisme. Créée en 2015, cette structure investit en tant qu’actionnaire minoritaire de 500.000 à 5 millions d'euros en fonds propres ou quasi fonds propres dans des entreprises du secteur. La banque publique avait déjà investi dans France Hostels, un réseau d'auberges de jeunesse innovant, qui constituait la première opération de France Investissement Tourisme.

Fondée en 2013 par trois associés, New Nomads a ouvert son premier établissement à Lyon en juin 2014, sous l’enseigne Slo Living Hostel. L'intérieur a été conçu par une architecte et un collectif de designers. On y trouve de grandes tables communes pour la restauration et un grand patio afin de susciter la convivialité entre les hôtes. L'hôtel organise aussi quelques événements en faisant goûter certains soirs de la semaine la gastronomie lyonnaise.

Les prestations hôtelières comprennent quelques chambres privées doubles à partir de 75 euros dont certaines ont les toilettes partagées, une seule étant équipée de douche et de WC privatifs. Mais l'offre la plus importante repose sur de mini-dortoirs collectifs de 4, 6 et 8 lits (avec possibilité de casiers personnels sécurisés) à partir de 24,90 euros personne. Il est possible d'en "privatiser" un, au profit d'un groupe. Un dortoir de 6 lits est même réservé aux femmes. 

-
- © L'établissement Slo living Hostel de Lyon dispose de quelques chambres privatives et de petits dortoirs de 4,6 et 8 lits. Source: New Nomads

Le concept, en rajeunissant l'auberge de jeunesse, séduit dès sa première année. Selon le site Lyon-entreprises.com, "Alors que le taux de remplissage moyen des hôtels à Lyon tourne autour de 65 %, le trio de nouveaux hôteliers lyonnais affiche près de 80% en 2015".

Une deuxième adresse, de capacité plus importante, qui offrira 120 lits est en cours d'achèvement à Lyon et ouvrira au début de l’été 2016. Fort du soutien de Bpifrance, les associés fondateurs, qui restent majoritaires, souhaitent accélérer leur plan de développement en projetant une capacité totale minimum de 500 lits répartis sur le territoire national à horizon 2019.

New Nomads participe, avec le promoteur Novoxia, au projet "L'auberge de Buzenval" dans le 20ème arrondissement de Paris, remporté début 2016 dans le cadre du programme "Réinventer Paris" organisé par la mairie de la capitale. Sur Paris, la jeune entreprise hôtelière rencontrera un des ses concurrents implantés récemment, plusieurs groupes d'envergure international ayant aussi remis au goût du jour le concept d'auberge de jeunesse (cf encadré ci-dessous).

Les "hotels" de jeunesse, un concept en vogue

Le groupe hôtelier d'origine allemande, Meininger, se développe à l'international avec son concept d'auberge de jeunesse design et branchée. La société doit ouvrir son premier établissement dans la capitale française en 2018. Elle rivalisera avec Generator, un groupe qui propose un concept d'auberge de jeunesse de nouvelle génération. Sa première implantation dans Paris est située près du canal Saint-Martin, offrant 900 lits. Ce groupe britannique, Generator Hostels, compte une douzaine d'établissements en Europe, offrant des chambres privées et des chambres à partager, à partir de 23 euros.

Frédéric Bergé