BFM Business

Canal Plus: Vivendi sur le point de racheter les parts de Lagardère

Lagardère va céder ses 20% de Canal Plus pour un petit peu moins d'un milliard d'euros.

Lagardère va céder ses 20% de Canal Plus pour un petit peu moins d'un milliard d'euros. - -

Un accord aurait été trouvé dans le long conflit opposant Vivendi et Lagardère. Le premier va racheter les 20% du second dans Canal Plus pour un milliard d'euros.

Les discussions se poursuivent avec Vivendi sur Canal Plus France, indique Lagardère ce lundi 28 octobre. La presse, elle, depuis ce week-end, croit savoir que le bras de fer est terminé.

Selon le site du Nouvel Observateur, Vivendi s'apprêterait à racheter à Lagardère les 20% que ce dernier détient dans Canal Plus pour près d'un milliard d'euros. Le deal aurait été conclu dimanche, selon Les Echos.

Les négociations qui se déroulaient depuis plusieurs années achoppaient jusque-là sur le prix de ces parts. Lagardère les estimait à 1,15 milliard d'euros et Vivendi entre 800 et 900 millions d'euros.

Les deux groupes avaient tout intérêt à clore ce dossier en forme de saga à rebondissement. Vivendi, qui détient déjà 80% de Canal, va enfin devenir le seul propriétaire de la pépite sur laquelle il fonde sa stratégie de croissance.

De son côté, Lagardère, qui a annoncé mi-octobre la cession d'une dizaine de titres de presse, trouve une autre voie pour récupérer de la trésorerie.

Participation sans grand intérêt

Car sa participation dans Canal Plus ne lui rapportait pas grand chose. La trésorerie de la chaîne, de 1,6 milliard d'euros, lui était jusque-là inaccessible puisque le groupe de Jean-René Fourtou refusait de l'utiliser pour verser des dividendes.

Au contraire, ces fonds ont été prêtés à Vivendi à un taux très bas, au grand dam d'Arnaud Lagardère, qui menaçait en représailles d'introduire ses 20% en Bourse, et en désespoir de cause, portait plainte contre l'actionnaire majoritaire de la chaîne cryptée. Début mai, Lagardère s'était même dit prêt à racheter les 80% de Vivendi dans Canal Plus France.

Les tensions avaient finies par être telles entre les deux groupes qu'un médiateur, René Ricol, avait été nommé en juin pour faire avancer les pourparlers.

Nina Godart