BFM Business

Lagardère veut vendre 10 magazines et pourrait supprimer 350 postes

Fin juin, Arnaud Lagardère avait déprécié ses magazines français

Fin juin, Arnaud Lagardère avait déprécié ses magazines français - -

Le groupe vend un quart de ses magazines français, mais garde ses joyaux 'Elle' ou 'Paris Match'. Si les cessions ne sont pas fructueuses, 350 postes pourraient disparaître, ce qui a poussé les salariés à se mettre en grève.

Lagardère a indiqué, jeudi 17 octobre, lors d'un comité d'entreprise qu'il allait vendre 10 magazines sur 39. Il s'agit de Be, Première, Psychologies Magazine, Auto Moto, Campagne et Décoration, Le Journal de la Maison, Maison & Travaux, Mon Jardin Ma maison, Union et Pariscope.

Parallèlement, le groupe a annoncé que cette restructuration pourrait conduire à la suppression de 350 postes, si aucun des journaux ne trouve preneur.

"Dans le cas théorique où aucun titre ne serait cédé, le maximum de postes permanents concernés (rédactions, fonctions support dédiées au titre et fonctions support transverses) serait de 240 pour le recentrage d'une part, de 110 pour la réorganisation d'autre part", indique plus précisément Lagardère Active. Le président du directoire du groupe, Denis Olivennes, a ensuite précisé que les titres de presse qui ne pourront être vendus ne poursuivront pas leur activité.

A la suite de cette annonce, les salariés de Lagardère ont décidé de voter une grève générale à partir de lundi prochain, selon une source syndicale citée par l'AFP.

Dépréciation des magazines

Le groupe d'Arnaud Lagardère garde donc ses joyaux comme Télé 7 jours, Le journal du dimanche, Elle ou Paris Match.

Denis Olivennes, président du directoire de Lagardère Active, avait annoncé dans Les Echos vouloir recentrer l'activité autour d'une dizaine de marques "multimédias, multisupports" et "si possible avec un potentiel de développement international".

Récemment, Denis Olivennes a repris lui-même les rênes de l'activité presse du groupe après que Bruno Lesouef a quitté ses fonctions de directeur général du pôle presse magazine France et international. Bruno Lesouef est devenu directeur des affaires publiques pour la presse.

Rappelons que le groupe a vendu en 2012 ses magazines à l'étranger à Hearst, puis déprécié fin juin 2013 la valeur de ses magazines français.

Jamal Henni