BFM Business

Exclusif: la médiation Lagardère-Vivendi prolongée

Le réel objectif d'Arnaud Lagardère est de céder ses 20% dans Canal Plus France

Le réel objectif d'Arnaud Lagardère est de céder ses 20% dans Canal Plus France - -

Dans le conflit autour de la trésorerie de Canal Plus, la mission de médiation confiée à René Ricol a été prolongée de quelques semaines, avec l'espoir d'aboutir à un accord amiable.

Le spectaculaire conflit entre Vivendi et Lagardère pourrait bien s'acheminer vers un accord à l'amiable. En effet, la mission de médiation confiée le 10 juin à René Ricol, qui expirait fin septembre, a été prolongée de quelques semaines. Selon plusieurs sources, cette prolongation doit donner une dernière chance à une issue amiable au conflit.

Enjeu: la coquette trésorerie de Canal Plus France, qui s'élèvait à 1,6 milliard d'euros il y un an. C'est Vivendi qui décide seul de l'utilisation de ce pactole, car il détient 80% de Canal Plus France. Lagardère, qui détient les 20% restants, n'a pas voix au chapitre.

Un million d'euros par jour

En pratique, le groupe dirigé par Jean-René Fourtou a décidé de ne pas distribuer ce trésor de guerre sous forme de dividendes, au grand dam de Lagardère. Il a plutôt décidé de prêter ce magot à Vivendi à un taux très bas (0,1% au dessus de l'Euribor, selon Exane BNP Paribas).

Mécontent de cette situation, Lagardère a attaqué Vivendi devant le tribunal de commerce de Paris le 12 février, et rendu public cette plainte dès le lendemain. Le groupe d'Arnaud Lagardère estime "irrégulière" la convention de prêt entre Canal Plus et Vivendi, et demande que la chaîne cryptée récupère son tas d'or, sous peine de payer une astreinte d'un million d'euros par jour. Prudent, Lagardère avait, juste avant d'engager les hostilités, renouvellé pour 3 ans les contrats de diffusion de ses chaînes de télévision sur CanalSat...

Vivendi a ensuite contre attaqué, et réclamé 8,9 millions d'euros à Lagardère, dont 7,2 millions d'euros de dommages en raison du "préjudice d'image" créé... Face à ces positions irréconciliables, le tribunal de commerce avait donc nommé un médiateur pour essayer de trouver un accord de paix.

Seul en tête à tête

Lagardère a intérêt à trouver une solution amiable, car sa marge de manoeuvre est étroite. En réalité, son objectif est de vendre ses 20% dans Canal Plus France. Pour cela, il n'a que deux solutions: soit trouver un acquéreur (a priori Vivendi), soit les mettre en bourse.

Problème: son droit de mettre Canal Plus France en bourse expirera le 15 avril 2014. Arnaud Lagardère se retrouvera dès lors seul en tête à tête avec Vivendi, ce qui n'est pas la meilleure position pour obtenir un bon prix...

Le cash, talon d'Achille de Vivendi ?

Et, ces derniers mois, la marge de manoeuvre de Lagardère (conseillé dans cette affaire par Me Maurice Lantourne, par ailleurs avocat de Bernard Tapie dans son arbitrage contesté) s'est encore réduite.

En effet, Arnaud Lagardère avait lancé cette procédure car il pensait que le cash était le talon d'Achille de Vivendi. Certes, le groupe de Jean-René Fourtou affiche à première vue une coquette trésorerie: 3,9 milliards d'euros fin 2012, selon les comptes consolidés. Mais en réalité, cette trésorerie est essentiellement logée -et bien souvent coincée- dans les filiales. A fin 2012, la maison-mère n'avait en caisse que 56 millions d'euros de trésorerie, selon ses comptes sociaux.

Vivendi répliquait que c'était un faux débat: "la trésorerie dans les comptes sociaux n'est pas pertinente. Le but n'est n'est pas d’avoir de la trésorerie très faiblement rémunérée. Il faut tenir compte de la trésorerie disponible au niveau de la maison-mère via les lignes de crédit non tirées, qui s'élèvent à 3,2 milliards d'euros fin mars".

Vrai ou faux, ce débat est désormais clos. En effet, Vivendi est en train de conclure plusieurs cessions (Maroc Telecom, Activision Blizzard) qui vont rapporter 11 milliards d'euros, soit de quoi résoudre largement tous ses éventuels problèmes de cash...

Interrogé, Vivendi s'est refusé à tout commentaire, et Lagardère n'a pas répondu.

Jamal Henni