BFM Business

Booking.com dans le viseur du fisc français

Bercy réclame 356 millions d'euros à Booking.com.

Bercy réclame 356 millions d'euros à Booking.com. - Jacques Demarthon - AFP

"L'administration estime que le site de réservation est un établissement permanent en France. Elle lui a donc demandé de payer l'impôt sur les sociétés et la TVA pour la période 2003-2012."

Booking.com va devoir mettre la main au portefeuille. Le fisc français estime que la centrale de réservation hôtelière en ligne est un établissement permanent en France et doit donc payer l'impôt sur les sociétés et la TVA pour la période 2003-2012.

"En décembre 2015, les autorités fiscales françaises ont notifié à Booking.com une évaluation d'environ 356 millions d'euros, en majorité sous forme de pénalités et d'intérêts", explique Priceline Group, la maison mère de Booking.com, dans un document financier déposé le 4 mai auprès de la SEC et cité par Paris Match. "La compagnie considère que Booking.com était et continue d'être en conformité avec le droit fiscal français et entend contester cette évaluation". Priceline Group a laissé entendre qu'il pourrait aller en justice.

En 2014, BFM Business révélait déjà que le site de réservation d'hôtels était dans le viseur du fisc. Bercy avait lancé un contrôle fiscal, mais n'avait pas notifié de redressement. 

D. L.