BFM Business

Avec les avions cloués au sol, le tourisme virtuel prend son envol

-

- - Pixabay

Alors que la pandémie de coronavirus a fermé les frontières, certaines agences de voyages proposent de patienter en organisant des voyages virtuels. Une façon de découvrir l'ailleurs sans bouger de chez soi. Une réponse aussi à la défiance envers l'avion...

Si l'heure du déconfinement a enfin sonné, ce n'est pas le cas pour les voyages. Et pour tout le secteur du tourisme, en France ou à l'étranger, l'attente risque d'être longue avant d'observer une esquisse de reprise. Alors pour tromper le temps, les voyageurs peuvent profiter de l'émergence de visites virtuelles, à travers le monde. C'est l'idée de Béatrice Peyrelongue, fondatrice de Personal Traveler, une agence qui met en contact des touristes et des locaux dans différents pays. "Comme beaucoup d'autres, on s'est retrouvé sans pouvoir exercer notre activité" explique-t-elle. "On a donc réfléchi à proposer de voyager virtuellement avec des guides d'un excellent niveau."

Depuis fin avril, des "voyages" sont donc organisés sur Zoom autour de l'Egypte. Pour 10 euros, on se transporte le temps d'une heure le long du Nil. "Des gens avaient un besoin de s'évader, des personnes âgées étaient confinées chez elles" poursuit Béatrice Peyrelongue. "On ouvre aussi le voyage à ceux qui ne peuvent pas voyager ou ne souhaitent pas voyager." Une bonne façon pour l'agence de donner un avant-goût de l'exotisme.

Elle n'est d'ailleurs pas la première à utiliser le virtuel pour susciter l'envie. Club Med développe, depuis plusieurs années maintenant, des vidéos en réalité virtuelle de ses destinations: Portugal, Ile Maurice, Indonésie… "Une expérience qui permet de se plonger dans l’univers premium et convivial du Club Med, et de se projeter dans ses futures vacances en choisissant sa destination" vante l'entreprise.

Car la technologie permet désormais de grandes immersions, avec un casque de réalité virtuelle ou un simple ordinateur. Si bien que la pandémie ouvre la voie à l'émergence d'un tourisme à distance, qui répond à la fois aux nouvelles contraintes financières (comme la hausse attendue des billets d'avion) et aux changements sociétaux (comme la "honte" de l'avion).

Des environnements 3D de plus en plus réalistes

Confinés dans l'Hexagone pendant les prochaines vacances d'été, les Français pourraient bien tenter l'expérience à distance, dont le réalisme s'est largement perfectionné ces dernières années. C'est d'autant plus vrai pour les séjours culturels. Des start-up spécialisées dans la modélisation 3D arrivent même, avec un drone, une caméra haute résolution et un algorithme puissant à reproduire parfaitement des lieux ou des monuments. C'est par exemple le cas d'Iconem qui a notamment numérisé des sites, aujourd'hui disparus, comme celui de Palmyre, en Syrie, détruit en partie par l'Etat islamique.

De plus en plus de monuments sont désormais modélisés. L'entreprise Art Graphique et Patrimoine a d'ailleurs proposé ses plans en 3D de Notre-Dame de Paris pour aider à la reconstruction de la cathédrale.

"Evidemment, cela ne remplacera jamais un vrai voyage" tempère Béatrice Peyrelongue. "Il manque les odeurs, les sons, le vent…" Mais le virtuel pourra, au moins, aider à faire patienter en attendant la reprise des voyages.

Thomas Leroy