BFM Business

Après Orange, Canal Plus et Free tiennent tête à TF1

Gilles Pelisson, PDG du groupe TF1

Gilles Pelisson, PDG du groupe TF1 - XAVIER LEOTY / AFP

Canal Plus et Free refusent de payer le groupe TF1 pour continuer à diffuser ses chaînes sur leurs supports. Le PDG de Canal Plus, Maxime Saada, explique n'avoir "aucunement l'intention" de céder.

Après Orange, c’est au tour de Canal Plus et Free de faire de la résistance face à TF1. Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, le PDG du groupe Canal, Maxime Saada, assure qu'il ne paiera pas la somme demandée par TF1 pour diffuser ses chaînes sur ses supports.

Selon lui, "TF1 profite indûment de sa puissance pour exiger des opérateurs qui diffusent ses chaînes gratuites, des sommes astronomiques, à hauteur de 100 millions d’euros au total, dont plusieurs dizaines de millions pour le seul groupe Canal Plus".

"Chantage inadmissible"

"Rendez-vous compte que TF1 veut faire payer Canal et le consommateur pour ses chaînes diffusées gratuitement!", poursuit Maxime Saada, indiquant avoir "affaire à un groupe qui a obtenu gratuitement la possibilité de diffuser ses chaines en TNT, dispose du canal numéro 1, ce qui est un avantage énorme, et de la possibilité de par la loi de diffuser en exclusivité des évènements sportifs majeurs comme la coupe du monde de football ce que Canal+ ne peut pas faire".

Et le PDG de Canal Plus de dénoncer "le chantage inadmissible de la part de TF1", tout en assurant qu’il n’a "aucunement l’intention" d’y céder. Il se dit également prêt à "envisager assez vite une coupure du signal des chaînes gratuites du groupe TF1 sur (ses) différents supports", affirmant que "Canal représente entre 15% et 20% de l’audience de ses chaînes gratuites".

Free dénonce les "demandes extravagantes" de TF1

De son côté, Maxime Lombardini, PDG de Free, dénonce lui aussi "les demandes de TF1" qu'il juge "extravagantes". "Les discussions sont au point mort. Je suis pessimiste sur la suite", déclare-t-il au Figaro. Car TF1 a également demandé à l'opérateur de cesser la diffusion de ses chaines.

TF1 a engagé un bras de fer avec les opérateurs dès 2016 afin d'obtenir une rémunération pour ses chaînes en clair, qu'il fournissait jusque-là gratuitement. Le groupe a mis en avant sa nouvelle offre "TF1 premium" enrichie de nouvelles fonctionnalités aux fournisseurs d'accès internet, câblo-opérateurs et opérateurs satellites, pour appuyer cette revendication. Mais si la filiale de Bouygues a signé de nouveaux contrats avec SFR et Bouygues Telecom, avec qui il partage la même maison mère, avec Orange et Free, les négociations buttent sur le montant du contrat, comme avec Canal+.

P.L