BFM Business

Airbnb et consorts attaqués en justice pour concurrence déloyale

Airbnb est dans le viseur des professionnels du tourisme.

Airbnb est dans le viseur des professionnels du tourisme. - Martin Bureau - AFP

Près de 500 entreprises du secteur du tourisme ont déposé plainte auprès du parquet de Paris, pour dénoncer la "concurrence déloyale" des plateformes de location en ligne.

Sale temps pour Airbnb, Homeaway, ou Housetrip. L'Association pour un hébergement et un tourisme professionnels (Ahtop), des syndicats professionnels et des hôteliers, ont annoncé jeudi avoir déposé une plainte au parquet de Paris, afin de dénoncer la "concurrence déloyale" de plateformes de location de meublés en ligne.

"61 personnes représentant 500 entreprises du secteur du tourisme ont déposé une plainte en novembre dernier, à l'encontre de différentes plateformes collaboratives et numériques, la plus significative étant Airbnb mais il n'y a pas qu'elle, afin de dénoncer une concurrence déloyale de leur part", explique Jean-Bernard Falco, président fondateur de l'Ahtop, qui affirme fédérer au total 30.000 professionnels du secteur touristique.

Les plaignants veulent "une concurrence saine"

"Nous ne sommes pas du tout contre ces plateformes. Nous espérons que la France accueille 130 millions de visiteurs à horizon 2030, il est donc nécessaire d'avoir une offre d'hébergements développée et adéquate mais nous demandons une équité avec ces plateformes, pour une saine concurrence, avec la garantie de la transparence pour le consommateur", ajoute-t-il.

Depuis sa création en juillet 2015, pour "fédérer les acteurs du tourisme", l'Ahtop réclame aux autorités qu'elles fassent respecter la législation qui encadre l'utilisation des sites comme Airbnb.

En réponse aux critiques venant notamment des hôteliers, Airbnb, qui collecte la taxe de séjour dans 20 villes en France, a présenté une étude en novembre dans laquelle il affirme avoir eu un impact économique positif de 2,5 milliards d'euros sur un an en France, pays qui constitue son deuxième marché après les États-Unis.

Y.D. avec AFP