BFM Business

À Lens, un café sauvé grâce à l'Euro

La fan zone de Lens.

La fan zone de Lens. - Philippe Lopez - AFP

Le Café de Paris à Lens était au bord de la faillite. Mais la compétition a permis de renflouer les caisses.

Les lendemains de l'Euro n'auront pas déchanté pour tous les Français. Le Café de Paris, à Lens, était placé en redressement judiciaire. Maxime Pauchet, qui a repris les rênes du restaurant en 2010, attendait beaucoup de la compétition. Son café était situé à côté de la fan zone. Le lieu, d'une capacité de 7.000 à 10.000 spectateurs, était "le seul écran dans le Pas-de-Calais", expliquait-il avant l'Euro à La Voix du Nord.

Et il n'a pas été déçu. Au micro de France Info, il déclare: "Mon café est sauvé grâce à l'Euro. Ma société était en redressement depuis cinq ans. Ça a été du pain bénit".

Il faut dire que Maxime Pauchet n'a pas compté ses heures. Avant le début de l'Euro, il racontait au quotidien qu'il se sentait investi d'une mission. "Gérer les clients, le service, la sécurité, l'administratif, … Et donner une bonne image. En tant que commerçant, on travaille pour nous mais aussi pour la ville".