BFM Business

7 clubs de vacances lancent un label pour défendre leurs spécificités

Selon ces marques, de trop nombreux hôtels s'appropriant selon elles le terme de "club" sans en avoir les spécificités.

Selon ces marques, de trop nombreux hôtels s'appropriant selon elles le terme de "club" sans en avoir les spécificités. - Frédéric J. Brown - AFP

Plusieurs marques françaises, dont Lookea et Jet Tours, sont à l'initiative du label baptisé "Club de Vacances Qualité Garantie". Ils estiment que de trop nombreux hôtels s'approprient le terme de "club" sans en avoir les spécificités. Le Club Med est le grand absent du projet.

Plusieurs clubs de vacances se rebellent contre les hôtels qui s'approprient le terme de "club" sans en avoir les spécificités. Sept grandes marques françaises, mais pas le Club Med, ont ainsi lancé mardi un label pour défendre leur valeur ajoutée. Les Clubs Marmara et Lookea (groupe TUI France), Jet Tours et Jumbo (Thomas Cook), Kappa et Coralia (NG Travel) ainsi que Framissima (Karavel) -représentant environ les deux tiers de ce marché en France- sont à l'initiative du label baptisé "Club de Vacances Qualité Garantie".

Ces marques se disent "conscientes du manque de repères du consommateur dans une offre surabondante aux contours souvent flous et de certaines dérives préjudiciables au concept", dans un texte rendu public mardi. "Beaucoup d'hôtels s'appellent +clubs+ mais n'en sont pas, et les clients se perdent dans ce marécage. Le label permettra de redéfinir le concept et de rassurer les clients mais aussi les distributeurs", a résumé à l'AFP Olivier Kervella, PDG de NG Travel.

"Plus de 2 millions de clients français partent en club chaque année, et aujourd'hui on a plus de 4.000 établissements proposés au départ de France utilisant l'appellation 'clubs', alors que seulement 400 environ pourraient potentiellement être éligibles au label", renchérit Jean-Pierre Nadir, fondateur d'Easyvoyage, qui a apporté au projet l'expérience du site en termes de notation d'établissements.

Le Club Med grand absent du projet

Afin d'"encadrer le concept", ces groupes ont rédigé une charte exigeant par exemple "du personnel d'animation compétent et adapté", "du personnel parlant français à la réception ou au bar", un nombre minimum de 50 chambres pour les établissements dits clubs, des menus adaptés aux enfants en période scolaire, ou l'accès gratuit au wifi. Les audits et la labellisation seront menés par un cabinet de conseil, Vitalis, en association avec Easyvoyage.

Référence historique s'agissant des clubs, le Club Med est le grand absent du projet. Il avait réagi en juillet par la voix de son directeur France Europe Afrique: "je comprends que des acteurs attaqués par le bas par des concurrents moins-disant veuillent se démarquer et crédibiliser le futur label en y associant le Club Med, mais ce serait tromper le consommateur", avait déclaré Sylvain Rabuel au site Tour Hebdo.

"Club Med est la seule marque à pouvoir revendiquer une véritable expérience de club premium tout compris dans des +resorts+ qui lui sont exclusifs. J'aurais trouvé plus transparent envers les consommateurs, car plus conforme à la réalité, que mes confrères mettent en avant un label 'hôtels animés de qualité'", avait-il ajouté.

J.Mo. avec AFP