BFM Business

Coronavirus: comment PSA et Renault s'organisent pour produire des respirateurs

-

- - Eric Piermont - AFP

Renault devrait débuter cette semaine la production au Technocentre de pièces pour respirateurs imprimées en 3D. PSA réfléchit aussi à mettre en place une ligne de production de son côté.

Renault comme PSA Peugeot Citroën s’organisent pour monter des lignes de production de matériels à destination des soignants. Dès cette semaine, la marque au losange devrait ainsi réussir à produire 500 respirateurs, avant d’augmenter la cadence dans les prochaines semaines.

Des imprimantes 3D et l’écurie de Formule 1

Ce projet de respirateurs regroupe à côté de Renault plusieurs autres grandes entreprises comme STMicroelectronics, Michelin ou encore le CEA. 

"STMicroelectronics a par exemple aidé sur les cartes électroniques. Nous aidons sur la partie industrialisation, avec l’approvisionnement des pièces, grâce à nos acheteurs, nos logisticiens, confie à France Info ce lundi Eric Marchiol, le directeur en charge de l’industrialisation au sein de l’Alliance, qui chapeaute le projet "Usine du futur" chez Renault. Les personnes de Renault Formule 1 ont des compétences qui ont l’air intéressantes, et elles vont aider dans le cadre de ce projet".

Renault mise ici sur l'agilité des équipes qui travaillent sur l'usine du futur au Technocentre pour monter rapidement cette ligne de production inédite. C'est d'ailleurs au siège social et centre de recherche à Guyancourt (Yvelines) que seront produits les premiers respirateurs grâce aux imprimantes 3D de l'équipe d'Eric Marchiol.

Ce procédé d'impression 3D avait déjà été utilisé par Renault en Espagne la semaine dernière, pour produire des visières à destination des soignants, comme le rapporte L’Usine Nouvelle.

"L'impression 3D permet de faire n'importe quelle forme sans avoir à lancer d'outillage, c'est donc plus rapide, explique un ingénieur de l'automobile. Mais le temps de fabrication est beaucoup plus long, donc pour avoir des capacités, il faut tout un tas d’imprimantes", précise Renault.

D'autres initiatives ont été prises dans les usines du groupe pour aider les soignants. Ainsi, ce week-end, une vingtaine de prototypes de visières protectrices ont été livrés au centre hospitalier André Mignot de Versailles (Yvelines). une fois validé, le prototype pourra être imprimé en grande série par une équipe de l'usine de Flins (Yvelines), en collaboration avec l'équipe centrale chargé de l'usine du futur.

Un atelier dans l'usine PSA de Poissy 

PSA travaille également sur la production de pièces pour les respirateurs. La maison-mère de Peugeot avait confirmé "étudier la faisabilité" d'une telle production depuis la demande faite par le Premier ministre britannique Boris Johnson mi mars. Selon le délégué syndical CGT Jean-Pierre Mercier, une petite unité de production travaille à la création de respirateurs sur le site de Poissy (Yvelines).

"Les initiatives de ce genre ne sont pas évidentes à mettre en place, confie un porte-parole de la direction du groupe cité dans Le Parisien ce dimanche. Mais nous regardons en ce moment, avec le constructeur français Air Liquide, si nous pouvons lui fournir des composants, soit en direct soit par l'intermédiaire de nos fournisseurs".

Air Liquide avait annoncé la semaine dernière l’installation d’une ligne d’assemblage supplémentaire pour augmenter la production de ventilateurs de réanimation. En avril, la production de cet industriel devrait être multipliée par trois.

Pauline Ducamp