BFM Business

Un Français crée un site qui met en relation propriétaires et locataires

Le site a démarré comme une page Facebook

Le site a démarré comme une page Facebook - -

Le site Somhome a développé un algorithme qui effectue un tri de part et d'autre, à la fois dans les profils des locataires et dans les offres des propriétaires.

Long, laborieux, humiliant, déceptif... La recherche d'un appartement est une galère pour l'aspirant locataire: annonces périmées, propriétaires qui rejettent votre dossier ou ne rappellent jamais... Même sinécure pour le propriétaire, assailli de centaines de coups de fils, ou obligé de payer fort cher une agence immobilière...

Il était donc grand temps qu'internet rende cela plus simple et plus efficace. C'est ce que tente de faire la start up Somhome, en reprenant les principes des réseaux sociaux et des sites de rencontres.

"It's a match!"

Somhome a développé un algorithme qui effectue un tri de part et d'autre, à la fois dans les profils des locataires et dans les offres des propriétaires. Cette pré-sélection recentre donc la recherche à des visites qui ont des chances réelles d'aboutir. "Somhome introduit la notion de matching", explique son fondateur Jean-Philippe Bertin, diplômé de l'Ecole de management de Bordeaux.

Précisément, l'aspirant locataire décrit auprès du site le bien qu'il recherche, puis se décrit lui-même: profession, revenus, garants... Il peut aussi renvoyer vers son profil Facebook. En face, le propriétaire décrit son bien, et le profil de locataire recherché. Ensuite, l'algorithme met en relation les offres et les demandes qui correspondent. L'aspirant locataire peut alors contacter le propriétaire, qui est libre de lui répondre ou non. Le site permet ensuite d'organiser un rendez-vous. "Le propriétaire peut ainsi louer son appartement sans jamais décrocher son téléphone", vante Jean-Philippe Bertin.

Court-circuiter les agences immobilières

Enfin, et non des moindres, Somhome s'assure aussi que le bien est toujours à louer, en relançant le propriétaire une dizaine de jours après son inscription. "Un problème important des sites traditionnels est que beaucoup d'annonces sont périmées, et restent en ligne même après que le propriétaire l'ait retirée", pointe Jean-Philippe Bertin, qui assure "vérifier aussi que les critères exigés par les propriétaires sont bien légaux". L'aspirant locataire peut aussi signaler au site des exigences inappropriées du propriétaire.

Bien sûr, ce service est proposé gratuitement, et évite ainsi les coûteuses commissions à verser aux agences immobilières. Ce modèle gratuit lui a assuré un certain succès: "10.000 visites par jour, 150.000 inscrits, dont 10% à 15% de propriétaires", liste Jean-Philippe Bertin, qui indique que le site est aussi utilisé par des locataires à la recherche de co-locataires ou sous-locataires.

Pour ceux qui ont une phobie administrative

Mais cela n'a pas assuré de revenus à la start up, qui a lancé en juillet un service payant d'aide aux locataires, facturé 2 euros par mois. En pratique, cette option met en avant sur le site l'annonce du locataire, se charge de la résiliation de ses anciens contrats (énergie, assurance habitation, accès internet), fournit une aide juridique sur le nouveau bail, trouve si besoin un serrurier ou un plombier à un tarif raisonnable. "C'est un service de conciergerie destiné à ceux qui ont une phobie administrative", résume Jean-Philippe Bertin, qui précise que le réseau de prestataire est fourni par Axa Assistance. 

Jusqu'à présent, la start up (qui emploie 5 personnes) a été financée par 100.000 euros réunis auprès de friends & family, et le concours 101 projets de Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon. Le site vient de lever 500.000 euros auprès des business angels Jean-David Blanc (Allociné), Loic Fleury (Nextedia) et Jean-Marc Bouhelier, ainsi que via le site de crowdfunding Anaxago.

Ceci va permettre de financer une extension à l'étranger, en commençant par Londres "avant fin 2015". L'objectif est de compter 500.000 inscrits en 2016. 

Jamal Henni