BFM Business

Le nouveau palais de justice de Paris au point mort

Martin Bouygues, PDG de Bouygues, pourrait mettre fin au chantier du TGI de Paris

Martin Bouygues, PDG de Bouygues, pourrait mettre fin au chantier du TGI de Paris - -

Bouygues aurait arrêté les travaux de construction du nouveau TGI de Paris. Et ce, à cause d'un conflit entre l'entreprise et l'Etablissement public du Palais de Justice de Paris.

Le nouveau palais de justice de Paris n'est pas prêt de voir le jour. Le groupe de BTP Bouygues aurait arrêté les travaux de construction, a déclaré une source, ce mercredi 9 octobre, à l'AFP. Il s'agit pourtant du plus gros chantier de construction public-privé avec le nouveau ministère de la Défense de Balard, le "Pentagone à la française".

Signé en 2009 entre Bouygues et le gouvernement Fillon, le contrat de partenariat (PPP) prévoit que l'Etat versera pendant 27 ans un loyer avant de devenir proprétaire du Palais. La facture totale devrait avoisiner 2,7 milliards d'euros.

Le projet du TGI de Paris vise à ériger dans le quartier des Batignolles (17e arrondissement) une tour de 160 mètres qui devrait accueillir début 2017 quelque 9.000 personnes par jour, dont 4.000 fonctionnaires.

"Le chantier est au point mort depuis plusieurs semaines", selon cette source, qui a requis l'anonymat. "Aujourd'hui, personne ne peut dire quand il pourrait redémarrer", avance pour sa part le Figaro

En cause: les banques auprès desquelles Bouygues Construction a contracté des emprunts pour mener à bien ces travaux refusent de débloquer les fonds promis, en raison d'un recours judiciaire contre ce contrat de partenariat public-privé.

Déposé par des avocats mécontents de quitter le centre de Paris et réunis au sein de l'association "La Justice dans la Cité", ce recours a été rejeté en première instance en mai dernier. Les banques attendent l'issue de l'action en appel pour réagir, mais la décision n'est pas attendue avant 2014, ajoute le quotidien.

9.000 personnes concernées

Les crédits auraient pu être débloqués plus tôt s'il n'y avait pas de conflit entre les deux acteurs, Bouygues Construction et l'Etablissement public du Palais de Justice de Paris (EPPJP) chargé de ce projet, selon Le Figaro.

La filiale du groupe de Martin Bouygues et l'EPPJP se disputent pour savoir lequel des deux devrait apporter la garantie qu'il rembourserait les banques au cas "improbable" où le contrat serait annulé par la justice. Bouygues souhaiterait que ce soit l'Etat, tandis que l'EPPJP demanderait au groupe de BTP de le faire.

Diane Lacaze & AFP