BFM Business

Le groupe Vinci s'engage à utiliser 90% de béton bas carbone en 2030

Vinci limite le repli de son activité et convainc le marché

Vinci limite le repli de son activité et convainc le marché - AFP

Vinci a mis au point un béton bas carbone "à base de laitier de haut-fourneau" issu du recyclage de déchets "venant de la production de la fonte". L'entreprise souhaite réduire de 40% ses émissions de CO2 d'ici la fin de la décennie.

Le géant français du BTP et des concessions Vinci s'est engagé jeudi à mettre en oeuvre 90% de béton bas carbone dans ses constructions en 2030, avec pour objectif de réduire de 40% ses émissions de CO2 d'ici la fin de la décennie.

"Vinci Construction a l'ambition de développer l'usage de ces bétons pour la réalisation de tous types d'ouvrages, bâtiments comme infrastructures, et s'engage à généraliser leur emploi sur ses propres chantiers au cours de la décennie", a précisé le groupe de BTP dans un communiqué.

"C'est un objectif très ambitieux", a affirmé le président de Vinci construction Pierre Anjolras, précisant que ce béton avait déjà été utilisé sur un chantier à Roissy, où le groupe a "atteint 88% d'utilisation de béton bas carbone".

60% d'économies de CO2

Ingrédient crucial du béton, la production de ciment est un processus particulièrement polluant, nécessitant le chauffage du calcaire et de l'argile à très haute température pour créer le "clinker", liant de base du ciment et principale source d'émission de CO2 par réaction chimique.

Pour tenir son objectif de réduction de carbone dans la construction, Vinci a mis au point un béton bas carbone "à base de laitier de haut-fourneau" issu du recyclage de déchets "venant de la production de la fonte".

Ce béton ultra bas carbone, "c'est-à-dire sans clinker", a souligné M. Anjolras, permettrait de réaliser "60% d'économies de CO2 par rapport à un béton normal". En plus de l'utilisation de son nouveau béton, le groupe de BTP souhaite développer son offre de matériaux recyclés.

A plus large échelle, Vinci et ses pôles Energies, Concessions, Autoroutes et Immobilier souhaitent réduire de 40% leurs émissions de CO2 d'ici 2030 par rapport à 2018. Son grand concurrent, Bouygues, a annoncé des objectifs proches, promettant à la même échéance de réduire de 30% les émissions directes de sa filiale de travaux routiers et ferroviaires, Colas, et de 40% celles de ses autres activités de construction.

L'autre géant français du BTP Eiffage expérimente pour sa part des bétons comportant jusqu'à 100% de granulats recyclés, dont la première utilisation est attendue l'an prochain.

P.D. avec AFP