BFM Business

"La question des tours a traumatisé Paris"

Jean-Louis Missika était l'invité de BFM Business  ce 29 juin.

Jean-Louis Missika était l'invité de BFM Business ce 29 juin. - BFM Business

Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris, en charge de l'urbanisme et du développement économique, est venu sur BFM Business ce 29 juin pour défendre le projet de la tour Triangle.

"La question des tours a traumatisé Paris et les Parisiens à l'époque Pompidou, au moment où on a fait le front de seine, la tour Montparnasse, …". Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris, en charge de l'urbanisme et du développement économique, est revenu sur BFM Business ce 29 juin sur le projet de la tour de Triangle.

"On a eu le sentiment que c'était incompatible avec l'âme, avec le code ADN de Paris. Depuis lors, ce traumatisme a du mal à se résorber".

Amendé par son promoteur Unibail-Rodamco, le projet sera de nouveau examiné mardi 30 juin par le Conseil de Paris, avec cette fois-ci de bonnes chances d'obtenir le feu vert des élus, grâce au revirement de plusieurs élus UDI et Républicains.

En novembre, le projet de gratte-ciel porté par Unibail-Rodamco et soutenu avec force par la maire de Paris Anne Hidalgo (PS) avait échoué de peu à obtenir l'adhésion d'une majorité de conseillers de Paris (83 contre, 78 pour, un nul et un non votant), en raison d'une alliance de circonstance entre les Verts, l'UMP et le groupe UDI-MoDem.

A l'origine favorables au projet, la droite et l'UDI s'étaient en effet rangées pendant la campagne des municipales à l'avis de la candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, hostile à un projet de "tour isolée" qu'elle compare volontiers à la mal-aimée tour Montparnasse (210 mètres). Mais mercredi, six conseillers de Paris UDI et un ex-UDI passé chez Les Républicains ont fait savoir dans une tribune qu'ils voteraient cette fois-ci pour la construction de ce gratte-ciel de 180 mètres à la Porte de Versailles. Le député Bernard Debré (LR) et la maire du VIIIe arrondissement Jeanne d'Hauteserre (LR) ont annoncé à l'AFP leur intention d'en faire autant.

Enjeu du Grand Paris

Recettes fiscales, défense de l'attractivité du Parc des Expositions, développement d'une offre de bureaux haut de gamme, modernité architecturale... autant de raisons avancées par les élus UDI pour "sortir des prostrations partisanes et soutenir, au nom de l'intérêt général de Paris, ce nouveau projet".

Unibail a en outre revu sa copie, et introduit dans la programmation de "Triangle 2" de nouveaux éléments, conformément à la demande de certains élus: des espaces de "coworking", et un hôtel quatre étoiles de 120 chambres, situé entre les 12e et 17e étages. En son sein, un "sky bar" et un restaurant seront ouverts à tous. Au passage, la surface de bureaux traditionnels a maigri de 80.000 à 70.000m2.

"La tour Triangle représente un enjeu considérable sur le plan économique mais également sur le plan du Grand Paris. Si nous voulons faire un Paris polycentriques, cela doit se construire concrètement".

D. L.