BFM Business

Immobilier : les mises en chantier poursuivent leur plongeon

Les chiffres des mises en chantier ont plongé entre septembre et novembre

Les chiffres des mises en chantier ont plongé entre septembre et novembre - -

L’année 2012 n’aura pas été bonne pour l'immobilier. Les chiffres des mises en chantier, publiés ce mercredi 26 décembre, font état d’une chute de 23,8%. Et 2013 risque d'être guère meilleure.

Le ministère du Logement a publié, ce mercredi 26 décembre, des chiffres de mises en chantier de logements neufs en nette baisse entre septembre et novembre.

Ceux-ci ont plongé en France de 23,8% à 79 242 logements sur les trois derniers mois de l'année par rapport à la même période de 2011, et 110 818 constructions neuves ont été autorisées (-11,8%). Le recul des mises en chantier a été plus marqué pour les logements collectifs (-28,7%) que pour les logements individuels (-11,5%).

"L’année 2012 sera médiocre", constate ainsi Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest. Interrogé par l'AFP, il estime que seulement 300 000 logements environ auront été mis en chantier cette année, un plus bas depuis 2009.

Sombres prévisions pour 2013

Néanmoins, ces mauvais chiffres sont à nuancer. En effet, ils souffrent d'un effet de comparaison défavorable, car la fin d'année 2011 avait été stimulée par l'expiration de certaines incitations fiscales à construire, qui avait amené particuliers et promoteurs à anticiper leurs mises en chantier. Le marché "est en recul depuis le printemps à la fois à cause de la crise économique en cours et parce que les dispositifs publics de soutien à la demande ne sont plus aussi puissants que par le passé", résume Michel Mouillart.

Pour 2013, les prévisions ne sont pas meilleures. Etant donné la chute des délivrances de permis de construire, le recul des mises en chantier "va continuer en 2013", a-t-il jugé. Il estime que 20.000 logements de moins seront construits en 2013 par rapport à 2012, "ce qui va renforcer les déséquilibres du marché immobilier".

"Les mouvements de pression sur les prix vont se renforcer à peu près partout et les difficultés d'accès au logement vont se renforcer fortement", a-t-il ajouté.

BFMbsuiness.com & AFP