BFM Business

Bourse : « Les marchés veulent voir la bouteille à moitié pleine »

Les derniers avertissements d'Ingenico, Atos ou Sopra Steria ont été sanctionnées par des baisses spectaculaires à la Bourse de Paris.

Les derniers avertissements d'Ingenico, Atos ou Sopra Steria ont été sanctionnées par des baisses spectaculaires à la Bourse de Paris. - ERIC PIERMONT / AFP

Clôture du CAC 40 au plus haut depuis un mois, l'ensemble des indices européens et asiatiques nettement dans le vert, tout comme Wall Street : Tout ce qui n'est pas une mauvaise nouvelle est salué, même les rumeurs aussitôt démenties.

Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse vendredi, les perspectives d'apaisement des relations entre Chinois et Américains sur le commerce ravivant l'appétit pour le risque. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,7% à 4.875,93 points, un plus haut d'un mois. Le Footsie britannique a pris 1,95% et le Dax allemand a gagné 2,63%. L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 2,14%.
Les Bourses européennes ont accentué leur progression en fin de séance après une information du site Bloomberg qui rapporte, en citant des sources proches du dossier, que la Chine a proposé d'augmenter sensiblement ses importations américaines sur les six prochaines années afin de rééquilibrer la relation commerciale entre les deux pays.

Espoirs de détente dans la guerre commerciale

Cette information nourrit les espoirs de détente dans le dossier commercial suscités par des spéculations sur une levée partielle ou totale des droits de douane imposés aux produits importés de Chine par l'administration américaine. Malgré le démenti du Département du Trésor concernant cette information du Wall Street Journal, les Bourses européennes ont atteint en séance leur plus haut niveau depuis début décembre et Wall Street a poursuivi sa progression de la veille, le Dow Jones clôturant sur une hausse d'1,38%, le Nasdaq de +1,03%.
"Il est pratiquement impossible d'évaluer de façon raisonnable l'état actuel des relations entre les deux pays", a déclaré Jasper Lawler chez LCG. "Pourtant, le marché est suspendu à chaque nouvelle, ce qui montre à quel point la question du commerce est sensible", a-t-il ajouté.

Changement brutal de psychologie sur les marchés

"On est frappé par ce changement de psychologie sur les marchés depuis cette semaine", reconnaît Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance, dans l'émission Intégrale Bourse sur BFM Business. "Les marchés regardent la bouteille plutôt à moitié pleine et ne retiennent que les bonnes nouvelles (...) tout le monde semble prendre conscience qu'on a pricé des excès à la baisse en fin d'année, et qu'aujourd'hui, pour des valeurs injustement massacrées, il est temps de revenir à l'achat". Malgré tout, cette euphorie soudaine met plutôt mal à l'aise un certain nombre d'intervenants de marchés, interrogés sur BFM Business, qui jugent les risques politiques et géopolitiques toujours bien handicapants. 

Dans ce contexte de retour de l'appétit pour le risque, les investisseurs se détournent du marché de la dette. Les taux d'emprunts de l'Allemagne et de la France ont poursuivi leur remontée avec la baisse de la demande. Même tendance sur les bonds du Trésor américain (le 10 ans US atteignant un plus haut de trois semaines). Autre signe de détente, les investisseurs retrouve de l'intérêt pour la dette italienne dont les rendements sont donc logiquement en repli.

Matières premières en hausse

Côté matières premières, là aussi, l'impact de ce climat plus optimiste est bien visible. Les espoirs de détente sur le front commercial, ainsi que l'annonce par l'Opep de ses nouveaux quotas de production pour le premier semestre, alimentent la hausse des cours du brut, soutenus également par la réduction de production entreprise par l'Opep et ses alliés depuis le début de l'année. Les cours du zinc et du cuivre ont de leur côté touché leurs plus hauts niveaux depuis un mois, les métaux industriels étant portés par les espoirs de détente entre les Etats-Unis et la Chine, premier consommateur de métaux au monde.

La rédaction avec agences