BFM Business

Une réforme bancaire à minima

La loi bancaire a été revue à la baisse

La loi bancaire a été revue à la baisse - -

La loi bancaire va enfin être votée définitivement ce mercredi 17 juillet par les députés. Si les activités spéculatives sont bien isolées, on est loin des promesses du candidat François Hollande.

La loi bancaire française va être définitivement adoptée. Elle doit être votée en dernière lecture aujourd'hui, mercredi 17 juillet, par les députés et demain, jeudi 18 juillet, par les sénateurs. Nous sommes très loin des déclarations de François Hollande contre la finance sans visage au moment de la campagne.

Finalement, les banques françaises ne seront pas coupées en deux. Les activités spéculatives devront bien être isolées dans des filiales à part, qui devront être suffisamment capitalisées. Indépendamment des dépôts.

Frais bancaire limités

Mais le gouvernement a retenu une définition très stricte de la spéculation. Ces filiales seront donc des coquilles vides. A la Société Générale, par exemple, à peine 1% des revenus seront cantonnés.

Autre point : les frais bancaires vont bien être limités, avec deux régimes différents, comme le souhaitaient les banquiers. Un plafond particulièrement bas pour les populations les plus fragiles financièrement, et non pas un plafond unique pour tous les clients.

Seul vrai changement, les autorités de contrôle auront plus de pouvoir. Elles pourront intervenir davantage et tailler plus largement dans les activités si besoin. "C'est une hypothèque sur l'avenir", assure un banquier.

Caroline Morisseau