BFM Business

Un Français nommé patron de la banque italienne UniCredit

UniCredit est l'une des plus grandes banques italiennes.

UniCredit est l'une des plus grandes banques italiennes. - Flickr cc - Gaetano Virgallito

Jean-Pierre Mustier vient d'être choisi à l'unanimité pour prendre la place de l'ancien PDG Federico Ghizzoni, qui avait présenté sa démission fin mai.

À partir du 12 juillet, ce ne sera plus l’Italien Federico Ghizzoni qui dirigera UniCredit, mais le Français Jean-Pierre Mustier. Cet ancien de la Société générale a travaillé chez UniCredit de 2011 à fin 2014 en tant que directeur de la banque d’investissement. C’est donc un retour en terre connue.

En France, Jean-Pierre Mustier est connu des milieux financiers pour avoir été le patron de Jérôme Kerviel lorsqu’il exerçait au sein de la Société générale, sur la période sur laquelle le trader est accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à l'établissement français, en 2008. Il a travaillé plus de 20 ans à la Société générale et dirigeait les activités de sa banque d'investissement de 2003 à 2008.

Démission de la SocGen en 2009

Dans cette affaire Kerviel, il était considéré par certains comme responsable de l'insuffisance des contrôles internes qui aurait permis au trader de prendre des positions non autorisées. Il avait après l'affaire quitté sa fonction pour prendre la tête du pôle "gestion d'actifs et services aux investisseurs", avant de démissionner en 2009.

Depuis janvier 2015, il était associé de la société de gestion Tikehau Capital, créée en 2004 par des anciens de Merrill Lynch et de Goldman Sachs.

À son retour chez UniCredit, ce polytechnicien va devoir contrer les inquiétudes suscitées par la fragilité de la banque. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles son prédécesseur Federic Ghizzoni a démissionné le 24 mai dernier. En poste depuis 2010, ce dernier avait fait face au mécontentement exprimé par plusieurs actionnaires d'Unicredit ces derniers mois vis-à-vis de la gouvernance de l'entreprise en raison de la chute du cours de l'action, de la performance de la banque et, donc, d'inquiétudes sur sa solidité.

Profil international

Le départ de Federico Ghizzoni a été vu comme un moyen de donner un signal fort au marché, dans un contexte où c’est néanmoins tout le secteur bancaire italien qui inquiète après des problèmes de capitalisation et de créances douteuses.

Jean-Pierre Mustier a le profil international réclamé par les actionnaires - il était ainsi chargé du développement international de Tikehau Capital -, et connaît déjà UniCredit. Il avait par ailleurs été condamné en juin 2010 à une amende de 100.000 euros par l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour une affaire de délits d'initiés remontant à 2007, des accusations qu'il a rejetées en annonçant faire appel.

L'annonce de son arrivée n'a pas vraiment été saluée par les marchés financiers: vers 13h25, le titre Unicredit perdait 0,26% à 1,921 euro à la Bourse de Milan, dans un marché à l'équilibre.

A.R. avec AFP