BFM Business

Tensions géopolitiques: la Bourse de Paris limite la casse

La Bourse de Paris a encore subi les conséquences des tensions géopolitiques.

La Bourse de Paris a encore subi les conséquences des tensions géopolitiques. - -

Même si la crainte d'une guerre commerciale avec la Russie suscite toujours la prudence, le CAC 40 a terminé en légère baisse de 0,05% à 4.148 points, ce vendredi 8 août . Mais la semaine s'est tout de même avérée compliquée pour l'indice parisien, qui a encore perdu plus de 1%.

La semaine n'a pas été de tout repos pour les bourses européennes. Les tensions géopolitiques ont en effet incité les investisseurs à la prudence, tandis que les mauvais indicateurs en zone euro ont contribué à cette tendance.

La Bourse de Paris, elle, a limité la casse ce vendredi 8 août. Elle avait pourtant démarré la séance dans le rouge, s'approchant de son plus bas annuel. Le tout après deux séances de baisses relativement nettes, mercredi et jeudi. Le CAC 40 s'est pourtant repris par la suite, notamment grâce à l'ouverture en hausse de Wall Street, pour finir sur une légère baisse, de 0,05% à 4.148 points.

L'embargo décidé par la Russie inquiète

Les marchés redoutent néanmoins toujours une escalade de la situation en Ukraine, qui reste très tendue sur le terrain, sans compter l'embargo russe sur les produits alimentaires occidentaux décidé en réponse aux sanctions économiques prises par l'Europe et les États-Unis contre Moscou.

En parallèle, les Etats-Unis ont commencé à bombarder des positions d'artillerie de l'Etat islamique en Irak qui menaçaient les personnels américains basés à Erbil, dans le Kurdistan irakien.

En outre, les mauvais indicateurs en zone euro survenus cette semaine, tels que le retour en récession de l'Italie, ont alimenté cette tendance baissière. La Bourse de Lisbonne a également beaucoup souffert à cause de ses valeurs bancaires, précipitées dans le rouge par le dossier Banco Espirito Santo. La réunion de la Banque centrale européenne, elle, n'a pas eu de réelle influence sur les marchés.

Y. D .avec AFP